WGP // Les Manteaux

working-girl-project-manteaux-4

Pour ce premier volet du Working Girl Project, c’est le manteau d’hiver qui est mis à l’honneur. Plutôt pas mal quand on voit la neige et les températures actuelles.

Vous ne vous vous êtes jamais dit qu’il était difficile d’être chic tout en étant au chaud. En grande frileuse que je suis, je me pose toujours cette question car la grosse doudoune c’est un peu moyen… Et pourtant j’en rêve ^^

Aujourd’hui, je vais vous parler des mes inspirations, c’est à dire du type de manteau que je recherche et que je trouve adapté au monde professionnel. Puis, je vous propose une petite sélection de patrons et de tissus pour obtenir la pièce parfaite. Enfin, on terminera par quelques conseils pas forcément couture ^^

 

INSPIRATIONS


 

En ce qui me concerne, je ne suis pas très difficile dans le choix d’un manteau. La coupe est généralement droite, des poches sur le côté, une ligne d’épaule classique et ensuite tous les cols sont bienvenus (tailleurs, Claudine,…).

Par contre, je suis assez exigeante sur la matière, je trouve qu’il n’y a rien de pire qu’un lainage qui bouloche ou qui attrape tous les fils et saletés. Je regarde beaucoup sa composition et favorise les 100% laines pour avoir vraiment chaud. Le manteau est pour moi une pièce importante, j’ai généralement des intemporels dans des coloris basiques comme le noir, le bleu marine, le camel, ou le gris. Je n’en ai vraiment pas beaucoup, car je préfère vraiment investir dans une belle pièce qui va me durer dans le temps.

Actuellement, j’en ai deux pour aller travailler, un caban noir et un manteau gris col tailleur. Les deux sont issus du commerce… Mon objectif était vraiment d’en avoir un cousu-main. D’autant plus que mon manteau fétiche pour les week-end est mon caban bleu cousu il y a 2 ans. Mais pourquoi je n’ai jamais cousu mon manteau boulot ? Tout simplement car je ne trouvais pas le bon patron.

working-girl-project-manteaux-1

LES PATRONS


 

Et oui, si je n’ai toujours pas de manteau cousu-main pour le travail c’est tout simplement lié au fait que je ne trouvais pas de patrons qui me convenait…

Je ne sais pas si vous pensez comme moi, mais ces dernières saisons, nous avons été envahis de patron de manteau avec des épaules tombantes et assez amples. Même si je trouve la forme intéressante et parfaite pour un look décontracté, je ne la trouve pas forcément flatteuse et chic. Sincèrement, je ne me voyait pas aller travailler avec un manteau dans son style. En y repensant, même en dehors du travail je ne me vois pas en porter car cela ne convient pas a ma morphologie et ma personnalité ^^

Je vous ai donc fait une petite sélection de patron avec les épaules classique mais dans plusieurs formes différentes afin de s’adapter à toutes les morphologies et les styles. Tout en étant parfaitement adapté au monde professionnel et ses contraintes stylistiques.

 

working-girl-project-manteaux-1

  1. Le manteau Magnésium d’Ivanne S : c’est celui que j’ai retenu pour mon manteau que je vous dévoile très vite. Ce patron est génial car il offre une multitude de possibilités. La coupe est droite avec des épaules classique mais vous avez la possibilité de jouer avec différents col, types de poches, longueurs et même de dos. Franchement, le patron est rentable, très bien expliqué. Au top !!
  2. Le caban Saint Michel de Cozy Little World : je l’ai réalisé en bleu marine et je le porte les week-end. Mais dans une version noire et un peu plus long, il peut être parfait pour le monde professionnel.
  3. Le manteau Merci d’Atelier Scammit : le petit dernier de la marque me fait sacrément de l’œil surtout depuis que j’ai vu la version Bordeaux de Julie d’Atelier Svila. Une vrai merveille avec son détail froncé au niveau des poches.
  4. Le manteau France Duval d’Atelier Scammit : je l’avais cousu dans une version mi-saison mais une plus hivernale est tout aussi possible. Pensez à couper au minimum une taille au dessus par rapport à votre taille habituelle.
  5. Le Yates Coat de Grainline Studio : il sera sûrement mon prochain projet. Je recherche désespérément le lainage camel parfait dans l’esprit du manteau James de chez Sézane.
  6. Le manteau Olga de Mouna Sew : voilà un manteau très féminin (enfin je trouve ^^), avec son grand col châle et sa ceinture qui vient marquer la taille. Je trouve ce type de manteau très chic avec de belles bottes.
  7. Le manteau Ernest de République du Chiffon : disponible en version longue ou courte, j’adore sa forme trapèze obtenue grâce à son pli dans le dos. Son col Claudine apporte la touche « girly » parfaite.
  8. Le manteau Garance de Laboratoire Familiale : je suis un peu partagée par ce manteau. Je le trouve sublimes ainsi que toutes les versions que j’ai pu apercevoir. Malheureusement, les nombreux avis négatifs sur le montage me ralentissent un peu. Faire une toile impérativement si vous vous lancez.
  9. Le manteau Nelly de Coralie Bijasson : un manteau parfait pour l’hiver et la mi-saison avec sa coupe droite, ses poches intégrées dans les pinces poitrine, son col rond et son jeu de bouton.
  10. Le manteau Nuage de Coralie Bijasson : un manteau qui n’est pas trop dans mon style mais que je trouve très féminin avec sa coupe trapèze et sa taille marquée.
  11. Le manteau du livre « Ma Garde-robe sur mesure » d’Atelier Charlotte Auzou : ce patron, j’ai envie de le coudre en plein de version tant les possibilités sont nombreuses. Je suis le charme du petit volant à glisser le long du boutonnage ou sur les bas de manches.

 

LES TISSUS


 

Comme je vous le disais un peu plus haut, j’accorde une grande importance au tissu de mon manteau. Je mets toujours des semaines avant de trouver celui qui sera parfait.

Ce que je regarde :

  • Sa composition : je privilégie les 100% laine pour avoir bien chaud.
  • Sa tenue : je privilégie un lainage pas trop mou afin qu’il ait de la tenue, cela permet de structurer le manteau.
  • Sa douceur : j’aime bien quand le tissu est doux au touché afin qu’il soit agréable à porter.

Pour les commandes sur internet, j’essaie de demander des échantillons car j’aime pourvoir toucher le tissu. Je trouve cela important car on peut mieux évaluer la qualité du tissu et mieux voir comment il va tomber. On évite ainsi les tissus qui vont boulocher avec le temps, se déformer ou attirer toutes les fibres des pulls, écharpes ou autres.

Pour la doublure, il est important de privilégier une matière qui glisse pour facilement enfiler son manteau. Si vous souhaitez plus de chaleur, on peut doubler le manteau avec de la flanelle ou autre tissu chaud mais en doublant uniquement les manches avec un tissu glissant.

Voici ma sélection de tissus  :

 

working-girl-project-manteaux-4

  1. Lainage camel de chez Pretty Mercerie
  2. Lainage laine et cachemire noire de chez Les Coupons de Saint Pierre
  3. Lainage Bordeaux de chez Atelier de la Création
  4. Lainage gris chiné de chez Cousette
  5. Lainage gris de chez Atelier de la Création
  6. Lainage texturé bleu marine d’Un Chat sur un Fil

 

CONSEILS


 

Voilà vous avez toutes les cartes en mains pour vous lancer. Mais avant de finir, voici quelques petites conseils pour coudre et porter votre manteau d’hiver avec style tout en ayant chaud ^^

  1. Si vous envisagez de porter un gros pulls ou d’y glisser une veste tailleur, coupez votre patron une taille au dessus de votre taille habituelle afin de ne pas être trop serrée sur les emmanchures.
  2. Mon astuce anti-froid, la doudoune ultra light facile à glisser sous un manteau. Vous pouvez facilement en trouver dans plusieurs boutiques du commerce.
  3. N’hésitez pas à miser sur les boutons, c’est souvent un détail qui fait la différence. Je les shoppe principalement en brocante.
  4. Souvent elles font peur ou sont considérées comme vieillottes, les épaulettes ne sont pas à négliger. Elles permettent de structurer les épaules. Aujourd’hui, on en trouve dans plusieurs épaisseur pour répondre à tous les besoins.
  5. Si vous avez des doutes sur la taille de votre patron ou sur son tombé et que vous ne voulez pas gâcher votre beau tissu, n’hésitez pas à faire une toile pour être sûre du résultat.

Voilà j’espère que ce premier numéro du Working Girl Project pourra vous aider, n’hésitez pas si vous voyez d’autres patrons ou conseils pour faire évoluer l’article ^^

Je vous retrouve dès lundi pour vous dévoiler mon manteau d’hiver !

Bon week-end à vous !!

signature-cousette-cherie

 

CATEGORY: COUTURE, WORKING GIRL PROJECT

Vous allez aimer

  Et voilà, l’été prend fin sur le blog aujourd’hui pour laisser place à la rentrée et à des cousettes plus hivernales. Je dois vous avouer que je n’en suis pas mécontente. Pas que je n’apprécie par l’été et ses belles journées ensoleillée mais je prends plus de plaisir à créer mes tenues et associer les pièces de mon dressing lors des saisons plus fraiches. Il faut dire que lorsqu’il fait trop chaud, on se tourne plutôt rapidement vers des pièces légères et simples à porter. Pour autant, la pièce que je vous dévoile aujourd’hui ne m’a pas quitté de l’été. Je devais vous la présenter bien plus tôt dans la saison mais mon appareil photo m’a joué un mauvais tour. Toutes les photos prises durant nos vacances en Grèce se sont trouvés non exploitables… Bref l’horreur et le manque ne temps de l’été n’est pas venu arranger les chose. La robe Délice issue de la collaboration entre Super Bison et l’instagrameuse Madeinestel est parfaite pour l’été, agréable à porter avec son bel effet de style. Je l’ai voulu punchy (pas forcément dans mes habitudes ^^) avec un crêpe framboise de chez Mondial Tissus.     LE CHOIX DU TISSU   J’ai eu un peu de mal à trouver le tissu parfait pour ma version de Délice. Le patron me plaisait tellement, que je le voyais dans une multitude de possibilités. Il m’a donc été difficile de faire un choix ^^ Finalement, j’ai eu envie de sortir des sentiers battus et coudre une pièce dans une couleur flashy, bien loin de ce que j’ai pour habitude de porter. Généralement, je porte des couleurs basiques ou dans plus pâle, alors cette couleurs framboise change du tout au tout ^^. Après une multitude de recherches, j’ai finalement jeté mon dévolu sur ce crêpe rose framboise chez Mondial tissus. En recevant mon colis, j’ai tout de suite été séduite par la couleur framboise, pile ce que je recherchais, une couleur lumineuse et estivale. Là où j’ai été un peu déçue c’est concernant le toucher du tissu qui fait « synthétique »… Je devais m’y attendre sachant qu’il était majoritairement composé de polyester. En dehors de cela, je ne trouve rien à redire sur ce crêpe. Il est certes épais mais est tout de même fluide et s’adapte parfaitement à la réalisation de volants et de fronces.Il est aussi très confortable car il contient un peu d’élasthanne. Et gros point positif, il ne se froisse pas !! Les + : Sa fluidité Non transparent et avec un joli tombé Ne froisse pas Les – : Son toucher un peu trop synthétique     LE PATRON DÉLICE   La robe Délice est le fruit de la collaboration entre la marque Super Bison et l’instagrameuse Madeinestel. Et sincèrement, le tout est parfaitement réussi ! La robe Délice est parfaitement adapté à l’été tout en vous garantissant de profiter avec style du soleil. Personnellement, je pouvais facilement aller au travail avec ma Délice. Délice est une robe résolument féminine avec son col V, ses volants qui viennent souligner la silhouette, tant au niveau de la taille, qu’au niveau des emmanchures. Elle est déclinable en blouse avec un bas asymétrique orné d’un volant. Ainsi, la blouse conserve le même esprit voulu avec la robe et son volant positionné sur le devant au niveau de la taille. J’ai cousu une première version de Délice en 36. Il ne s’agit pas de ma taille habituelle mais j’ai eu peur du volume créé avec le fronçage de la partie jupe. Mais voilà, le haut est tout de même bien ajusté, faisant que je ne pouvais pas l’enfiler… Du coup, me revoilà partie avec une seconde version en 38, un peu plus à ma taille même si je peux me sentir un peu serrée sur les bras, notamment lorsqu’il fait un peu chaud. Pour ma version, j’ai choisi les mancherons à volants, que je suis venue finir à la surjeteuse avec le mode ourlet rouloté (je l’ai également fait pour le volant de la jupe). J’ai également allongé la jupe et le buste de 3 cm afin que Délice corresponde plus à ma stature.   Le matériel nécessaire (pour une taille 38) : 2m de tissu en 1m40 de laize Du thermocollant pour les enformes du col Les techniques utilisées : Réaliser des fronces Réaliser des volants Coudre un col V   La robe Délice se révèle être assez simple à coudre car les principales difficultés résident dans la couture du col en V et la réalisation des fronces. Une couturière débutante avec plusieurs réalisations à son actif devrait pour s’en sortir en prenant son temps. D’autant plus, que Super Bison propose toujours des patrons avec un livret très détaillé mais aussi des vidéos pour les questions techniques, vous permettant d’avancer sereinement dans votre cousette. En ce qui me concerne, les cousettes d’été prennent donc fin aujourd’hui pour me lancer dans ma saison favorite : l’automne !!! Mais avant de vous dévoiler toutes mes envies, mes conseils pour cette nouvelle saison, je vous donne rendez-vous très vite pour vous dévoiler ma première robe de témoin de mariage dont je suis vraiment très fière !!   A très vite !!   A VOUS DE JOUER &nb

  Cette semaine va marquer la fin de l’été sur le blog pour laisser place dès la semaine prochaine à la rentrée et le retour du Working Girl Project. Aujourd’hui, je vais vous parler d’une pièces que je n’ai pas l’habitude de coudre. Tout simplement, car il est encore trop facile pour moi d’aller dans le commerce pour trouver ce que je souhaites. Cela concerne principalement la lingerie, les chaussettes ^^ et les maillots de bain. Je m’étais lancée une première fois dans la couture de mon maillot de bain mais au fil des lavages, je me suis rendue compte que le résultat n’était pas à la hauteur. Pas la bonne coupe, pas de jolies finitions… Du coup, je n’ai pas eu envie de me lancer à nouveau dans l’aventure, préférant m’approvisionner dans le commerce. Sauf, qu’un point est très vite revenue sur le devant, le budget pour avoir le maillot de bain de ses rêves. En ce qui me concerne, celui qui me faisait de l’oeil avoisinait les 200 euros. Et ce n’est vraiment pas mon genre de mettre autant dans un maillot. C’est à ce moment là que Popeline et Linon a sorti le patron de son body Zazy. C’est un body cache-coeur, avec une forme blousante et une culotte taille haute pile ce que je recherchais pour le maillot de bain de mes rêves. Le hic, c’est un body avec un dos fermé et avec des manches, il fallait donc le modifier. Après plusieurs échanges avec la créatrice de la marque, nous avons convenu d’une version finale, ne nécessitant pas de modélisme trop complexe pour rester accessible aux plus grand nombre de couturière.     CHOISIR SON MATÉRIEL POUR UN MAILLOT DE BAIN   Il est de plus en plus facile de trouver les accessoires nécessaire à la confection d’un maillot de bain, ce qui n’était pas encore le cas au moment de ma première tentative. De manière générale, il vous faudra un tissu maillot de bain ou un jersey pouvant sécher rapidement, ainsi que de la laminette. Il s’agit d’un élastique transparent qui est résistant à l’eau et au chlore. Un fil mousse est également conseillé pour coudre les tissus extensibles. Mais mon fil polyester de surjeteuse a très bien fait l’affaire. Si votre tissu est légèrement transparent ou de couleur claire, il existe des doublures spéciales pour maillots de bain. Il serait dommage d’être quasiment nue en sortant de l’eau ^^ Voici ma petite sélection 😉 : Laminette ou élastique transparent – Mercerie Rascol Tissu maillot de bain bordeaux – Mercerie Rascol Tissu maillot de bain marinière – Pretty Mercerie Tissu doublure de maillot de bain écru – Pretty Mercerie Tissu maillot de bain rose poudré lurex argent – Pretty mercerie Tissu maillot de bain bleu marine – Les Coupons de Saint Pierre   TRANSFORMER LE BOBY ZAZY EN MAILLOT DE BAIN     De manière générale, le montage de Zazy version maillot de bain reste identique au montage de la version body. Il va falloir simplement modifier : La hauteur de la couture du fond de la culotte : pour le body, elle vient sur le devant alors que pour le maillot cela sera plus joli si la couture est plus vers l’arrière La hauteur du dos : pour bronzer, mieux vaut avoir le dos dégagé. En soi, toutes les hauteurs sont possibles mais je vous conseille tout de même que le dos n’ailles pas au delà du milieu pour que cela soit plus flatteur. La jonction de la ligne d’épaule : vu que l’on vient modifier le dos, il va falloir maintenir le devant. Pour cela, on vient ajouter les bretelles dans le dos, qui seront assemblées au devant. La ligne d’emmanchure du devant : vu que le dos va être plus bas, l’emmanchure va être modifiée également car elle ne viendra plus recevoir de manches.   INFORMATIONS PRÉALABLES : J’ai cousu ma version en taille 38 Mon tissu étant clair, il était conseillé de le doubler. Si vous ne le doublez pas, il faudra créer de petits ourlets pour la pièce devant au niveau des parties qui se croisent. J’ai entièrement cousu mon maillot à la surjeteuse sauf pour poser les élastiques transparents. Pour celles qui n’ont pas de surjeteuse, il vous faudra utiliser le point zigzag de votre mac.   ÉTAPE 1 : Modifier le patron papier Pour réaliser la version maillot de bain, il faut imprimer les pièces dos, devant, culotte devant et culotte dos. La culotte devant : Ajouter 6 cm à la partie entre-jambe La culotte dos : Retirer 6 cm à la partie entre-jambe Le dos : Cette pièce commence juste au dessus de votre chute de rein, mesurez la hauteur que vous souhaitez sachant qu’elle ne doit pas aller au delà de votre milieu dos. Cette pièce est prévue avec un fronçage sur le bas. Pour limiter le volume, retirez 3 bons centimètres de chaque côté sur la partie haute de la pièce dos. Le devant : Sachant que le patron initial est proposé avec des manches, il fallait venir retravailler l’emmanchure. Pour cela, il faut : 1) venir reporter la hauteur choisi pour la pièce sur dos sur la partie du devant. Au niveau où le devant sera cousu avec le dos. 2) Se placer au milieu de l’emmanchure et venir tracer une ligne entre ce point et le point marquant la hauteur du dos. 3) Couper le long de cette ligne. ETAPE 2 : Créer la bretelle L’idée pour dégager le dos est d’ajouter des bretelles qui vont venir s’assembler au devant puis être cousu à la pièce du dos. Pour cela, vous devez déjà couper et coudre les bretelles. Celles-ci doivent faire entre 3 et 4 centimètres de large. Ainsi, vous devez couper des bandes entre 5 et 6 centimètres pour avoir les marges de couture et d’une longueur de 40 cm. Vos bretelles risquent d’être trop longue mais l’idée est que chacune puisse venir ajuster ses bretelles en fonction de sa carrure. Pour créer la jonction bretelle/devant, vous devez :   Vous devez diviser en 3 la pièce devant au niveau de la ligne d’épaule Venez positionner votre bretelle au milieu et sur l’endroit de votre devant (je vous conseille de venir piquer à 0,5cm afin de maintenir la bretelle pour les prochaines étapes) Venez rabattre le côté encolure au dessus de la bretelle Venez rabattre le côté emmanchure au dessus du côté encolure Piquez à la surjeteuse ETAPE 3 : Coudre le maillot Comme je vous le disais un peu plus haut, les étapes de montages correspondent à celles pour le body. A la seule différence que vous êtes venues retravailler le dos et ajouter des bretelles. Pour vous assurer un bon maintien, vous devrez venir coudre un élastique transparent sur votre nouvelle pièce dos. Cela permettra de resserrer un peu plus la partie haute de votre dos. Idem, il vous faudra les coudre au niveau des entre-jambes. Petit conseil : évitez de trop tirer sur l’élastique sinon, il sera trop serré sur vous. Vos bretelles seront sûrement trop longue par rapport à ce dont vous aurez besoin. Cela est fait exprès afin que vous puissiez les ajuster en fonction de votre taille, de votre carrure afin d’être le plus confortable possible. Vous pouvez venir les fixer de différentes manières, soit comme moi vers le milieu, soit droit, soit croisée.     Bien que l’été est passé et que certaines ont déjà profitez des joies de la plage, je suis certaine qu’il y a des personnes qui comme moi prennent des vacances à toutes périodes de l’année ^^ Mon maillot de bain sera quant à moi sorti pour la première fois lors de nos prochaines vacances en novembre 😉   A VOUS DE JOUER &nb

  Le soleil nous a un peu quitté ces derniers jours, alors je vais tenter de le faire revenir avec ma cousette du jour. Je suis dans une phase où j’aime coudre des pièces simples et assez rapides mais l’envie d’une pièce plus compliquée me titille. Et l’approche de la rentrée me donne envie de blazer, pantalon et petites blouses, de quoi satisfaire cette nouvelle envie. Mais avant de penser à la rentrée, j’ai encore quelques pièces estivales à vous dévoiler comme aujourd’hui avec ma jupe Bellis de Pretty Mercerie dans un superbe tissu de Lise Tailor.     LE CHOIX DU TISSU   Nous connaissons toutes Lise Tailor comme la blogueuse couture et tricot mais aussi l’auteur du livre « Je me mets au tricot ». Ma bible tricot en ce qui me concerne et qui m’accompagne dans mes projets car en tant que débutante j’ai encore besoin de pas mal d’accompagnement ^^ Il y a quelques mois, Lise s’est lancée dans l’incroyable aventure d’entrepreneuse en créant sa propre marque de tissu mais pas que. Dans sa boutique, vous y trouverez bien sûr des tissus dont les matières et le graphisme sont soigneusement travaillés et choisis par Lise. Et pour compléter vos achats, vous y trouverez également des goodies à l’image des tissus (pins, plateaux, petits carnets…) mais aussi des kits couture et depuis peu des boutons. Lors de la première collection, je n’avais pas été assez réactive. Du coup, j’étais dans les starting block pour la suivante. Vu les premiers aperçus, cette collection me correspondait parfaitement et ne pouvait pas m’échapper. J’ai craqué pour deux tissus, notamment le crêpe de viscose Happy Peony en version rose. Je suis une amoureuse des pivoines, alors forcément ce tissu m’a tout de suite plu. Il est encore disponible en plusieurs taille de coupons sur le site. Je vais vous parler uniquement de ce tissu dans cet article car le second fera également l’objet d’un article ^^. Forcément, une première commande amène plein de questions, sur la qualité, la couleurs, le tombé du tissu. Une fois la réception et les premières cousettes, on se pose beaucoup moins de question à la seconde commande. En ce qui me concerne, j’ai été agréablement surprise par la qualité des tissus reçus. Le crêpe de viscose est vraiment top, il est épais et donc non transparent ce qui le rend parfait pour une robe ou un jupe. Pour autant, il conserve une jolie fluidité, parfaite pour les chaleurs de l’été. Il froisse très peu en le portant, ce qui n’est pas négligeable pour ne pas ressembler à un torchon en quelques minutes ^^. Le motif et la couleur sont géniaux, les pivoines ressortent très bien avec ce rose pas trop pâle ou trop vif. Vous l’aurez compris, on prend un véritable plaisir à coudre !   Les + : Sa fluidité Non transparent et avec un joli tombé Froisse assez peu Les – : Peut être le prix un peu élevé mais équivalent à d’autres marques     LE PATRON BELLIS   C’est ma première avec un patron Pretty Mercerie et pourtant je suis une fervente adepte de leurs sélections de tissus. Les précédentes collections m’avaient beaucoup plu mais finalement un peu différentes de mon style habituel. Du coup, je ne m’étais pas lancée mais avec une pointe de regret. Puis est arrivée la dernière collection et l’ensemble des pièces m’ont tout de suite séduite. Cette dernière collection se compose de 4 pièces : la robe Cosmo, la blouse Malva, la jupe Bellis et le maillot de bain Cirse. Avec Julie d’Atelier Svila, nous avons craqué sur les 3 premières pièces et très vite l’échange de patron a eu lieu. Aujourd’hui, c’est de la jupe Bellis dont je vais vous parler. Un jupe qui fait son petit effet mais qui est très simple à coudre et convient parfaitement aux couturières débutantes. Il s’agit d’une jupe courte (assez courte vraiment, je l’ai facilement allongée de 10 cm) qui est froncée à la taille grâce à sa ceinture élastique et sur la partie du milieu. En gros, il s’agit d’assembler 3 rectangles pour former la jupe. Dans un premier temps, on s’occupe de la ceinture que l’on assemble à la parie haute. Dans un second temps, on vient assembler la partie basse à la partie haute en venant froncer la bordure. En ce qui me concerne, je l’ai cousu en taille 38 et en veillant à l’allonger de 10 cm pour être à l’aise. Par contre, j’ai fait pas mal de modifications dans la technique de montage. Premièrement, j’ai inclus la pièce de la ceinture dans la pièce du haut pour ne former qu’une seule pièce. Puis, je suis venue surfiler la bordure haute que j’ai ensuite rabattue sur 7-8cm pour venir y glisser l’élastique après avoir cousu la partie ceinture. Deuxièmement, j’ai surfilé la bordure haute de la pièce basse, que je suis ensuite venue rabattre sur l’envers pour créer un simple petit ourlet. J’ai ensuite réaliser le fronçage et assembler mes deux pièces de Bellis.   Le matériel nécessaire (pour une taille 38) : 1m40 de tissu en 1m40 de laize 1m d’élastique plat de 50mm de large Les techniques utilisées : Réaliser des fronces Réaliser une ceinture élastiquée   Pour celles qui préfèrent suivre les explications, le livret est assez succinct car la marque vous propose une vidéo qui vous accompagne sur le montage. Mais sincèrement, Bellis est vraiment parfaite pour les débutantes qui souhaitent avoir une pièce simple et rapide à coudre mais qui fait sont petit effet. Je vous retrouve très très vite pour un joli projet ^^   A VOUS DE JOUER   &nb

  Mon ordinateur et mes cartes mémoires ont décidé de me rendre folle. Impossible d’utiliser mes dernières photos prises en Grèce…. Du coup, pour patienter (encore) un peu, je vais vous dévoiler aujourd’hui une cousette toute simple mais qui fait son petit effet à coup sûr. Je vous parle de Pichounette (oui oui j’adore ce petit nom ^^), le petit top parfait lancé cet été par Cousette.   LE CHOIX DU TISSU   La boutique Cousette fait comme vous le savez partie de mes boutiques de prédilection. Elle est indéniablement sur le podium des boutiques où j’achète le plus et où je me dirige systématiquement lorsque je recherche quelque chose de précis (ou pas d’ailleurs ^^). Du coup, lorsque Cécilia m’a proposé de découvrir le patron tout en choisissant le tissu de mon choix, j’étais folle de joie. Sincèrement, le choix a été difficile car le choix de tissus est toujours large et joli sur la boutique. Forcément, j’ai imaginé Pichounette dans toutes les versions de tissus possibles. Au final, j’ai choisi cette viscose « Puntito » au motif tissé ton sur ton. Elle est d’un coloris nude rosé que j’aime beaucoup car il n’est pas trop pâle. J’ai longuement hésité avec la version bleu marine, mais j’avais envie d’une couleur un peu différente, plus été. D’ailleurs, la version vert amande m’a fait sacrément de l’oeil ^^. En recevant le tissu, j’ai tout de suite été confirmée dans mon choix. La viscose est superbe, fluide et lumineuse, parfaite pour aller avec Pitchounette. Elle n’est pas transparente ce qui est top également. Là où je suis le plus satisfaite, c’est qu’elle froisse très peu. Cela est assez rare pour une viscose que cela mérite d’être souligné. Pour Pitchounette, il convient de choisir des tissus fluides et légers pour coller parfaitement à l’esprit voulu avec le volant. Il faut que ce soit léger pour que le volant flotte ^^.   Les + : Sa fluidité Non transparent Les – : A manier tout de même avec précaution – utilisez une aiguille assez fine     LE PATRON PITCHOUNETTE   Lorsque Cousette a dévoilé ce patron spécial été, j’ai tout de suite été conquise. Cela faisait longtemps que je voulais ce type de top avec un volant sur une encolure large et creusée au niveau du dos. Dans un premier temps, le patron était proposé dans le cadre d’une box puis au format PDF. Du coup, les addicts aux pochettes devront faire avec le PDF ^^. Pitchounette est le top simplissime mais qui sort son épingle du jeu avec son joli décolleté dos souligné de son volant. Féminin, il se porte en toute occasion. En gros, il ne vous quittera pas d’autant plus qu’il est soutien-gorge compatible ^^. A coudre, il ne présente pas de grandes difficultés et est vraiment adapté pour les débutantes. Il s’agit d’un dos et d’un devant que l’on vient assembler sur les épaules et les côtés (jusqu’au repère de manches). Ensuite, on vient coudre le volant sur l’encolure après avoir réaliser les fronces. De même, il faudra soit réaliser un ourlet mouchoir, soit réaliser un ourlet roulotté à la surjeteuse pour le bord du volant. Le patron est conçu pour que la ligne d’épaule soit tombante et vienne former des manches. Ainsi, adieu l’épreuve du montage des manches. Un simple petit ourlet suffira. Ce qui est top également, c’est que Pitchounette très peu de tissus pour un top. 85 cm si vous achetez le biais ! Bref, le projet parfait pour épuiser vos chutes, ou vos petits coupons de tissus.   Le matériel nécessaire (pour une taille 38) : 85cm de tissus en 1m40 de laize 1M de biais. Les techniques utilisées : Réaliser des fronces Poser un biais d’encolure Comme je vous le disais, Pitchounette est parfait pour les couturières débutantes. Mais aussi, pour les plus aguerries qui souhaitent un cousette rapide mais avec du style. Je l’ai cousu en 38 et n’ai réalisé aucune modification. En le portant, je me suis rendue compte que les épaule avaient tendance à tomber. Un 36 aurait sûrement permis d’éviter cela, surtout qu’il y a suffisamment d’ampleur sur le corps pour réduire d’une taille. Et vous, qu’elle est votre cousette simple et efficace pour l’été ?   A très vite !   A VOUS DE JOUER   &nb

Comments (2)

Bonjour Mélanie,
Article très intéressant, merci !! J'ai exactement la même problématique depuis plusieurs mois : trouver LE patron idéal et LE tissu parfait pour mon prochain manteau chaud… et qui ressemblerait au manteau James de Sézane, devant lequel je suis tombée en admiration (mais la version Prince de Galles ;)).
J'ai beaucoup hésité entre une customisation du manteau Atelier Scammitt (je suis moyennement fan de la forme devant des manches, elle me semble un peu fragile sur la durée), et une autre du blazer Amsterdam d'Orageuse Patterns… c'est cette deuxième version que je vais faire. Je ne connaissais pas le Yates Coat de Grainline Studio, dommage car il a l'air super !
Pour le tissu, en effet c'est très difficile d'en trouver une assez épaisse pour un manteau en passant par le web. Je suis comme toi je privilégie le 100% laine, mais si l'on ne vérifie pas au préalable avec un échantillon, une fois arrivés ils me paraissent toujours trop mous / trop fins, malgré les indications de grammage.
J'aime beaucoup l'idée du Working Girl Project, bravo !

Bonjour Agathe,

Comme merci beaucoup, je suis ravie que l'article ait pu t'aider !

Je suis complément d'accord avec toi le manteau James est magnifique. J'avais la même problématique que toi. Après beaucoup de recherches, j'ai trouvé la Yates Coats qui je trouve lui ressemble beaucoup même si je pense retravailler le col.

J'ai hate de vois ta version 🙂

A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *