Quel plaisir de vous retrouver cette semaine pour vous parler d’un nouveau concept de vente de tissu et d’un patron que j’adore. J’ai mis un peu de temps à vous en parler ici mais des petits événements m’ont un peu éloignés de ma machine à coudre en ce début d’année. 

Cousu le week-end dernier, j’avais vraiment hâte de vous dévoiler ma blouse Soroya de chez Slow Sunday Paris dans un chambray de folie venant de la boutique Couturette qui propose un nouveau concept pour acheter vos tissus. 

 

cousette-cherie-blouse-soroya-4

 

LE CHOIX DU TISSU


 

Au mois de décembre, j’ai eu le plaisir d’être contactée par Sarah, créatrice d’une nouvelle boutique en ligne de tissus, Couturette. Mais attention, il ne s’agit pas d’une boutique en ligne classique, Sarah vous propose un tout nouveau concept qui révolutionne notre manière d’acheter nos tissus. Son concept, je l’avais découvert via Facebook l’été dernier et je m’étais dit qu’il fallait que je tente une petite commande lorsque mon stock aurait un peu diminué. Bon c’est une utopie de penser que cela allait arriver ^^ Vous imaginez donc bien que j’étais ravie que Sarah me contacte pour découvrir ses tissus et son univers. Allez je vous raconte tout de ce nouveau concept ^^

 

Le concept Couturette

 

Lorsque l’on coud, il y a un un élément dont on ne peut pas se passer : le tissu. On devient assez vite addict et notre stock s’agrandit progressivement pour être sûre que l’on aura la matière, l’imprimé parfait pour notre prochaine cousette. Mais finalement, en analysant notre manière d’acheter, on peut se rendre rapidement compte que l’on se tourne toujours vers les mêmes matières, les mêmes coloris. On prend finalement peu de risque sauf à quelques exceptions où l’on est attiré vers un imprimé plus imposant, une couleur plus vive mais sans arriver à trouver le bon patron et en ayant peur de le porter au quotidien.

Avec Couturette, Sarah nous propose de sortir de notre zone de confort avec ses coupons surprise/sans surprise !

L’idée des coupons surprise, c’est de commander un ou plusieurs coupons mais de ne découvrir qu’à la livraison le choix de Sarah. Une vraie surprise qui nous pousse à dépasser nos limites et tenter des choses nouvelles qui au premier abord nous auraient fait peur. La couture est aussi un moyen d’expression, avec laquelle on peut se surpasser et exprimer sa créativité. Alors quoi de mieux que de devoir composer avec un tissu vers lequel on ne se serait pas tourné et arriver à l’adapter à son style et univers ? La sélection de Sarah est raccord avec les tendances du moment, rassurant pour celles qui souhaitent tenter l’aventure avec surprise tout en restant dans l’air du temps ^^

Pour les plus téméraires, il est possible de choisir soi-même son coupon une fois que toutes les commandes « surprise » seront passées (vers le 21 du mois) et ainsi garder le suspens pour les aventurières.

Il existe plusieurs options : un, trois ou cinq coupons. Plus vous prenez de coupons plus le prix du coupon baisse. 10,99 euros pour débuter, un super prix pour un coupon de 3 mètres.

Je vous conseille vivement de commander et choisir rapidement vos coupons car les quantités sont limitées. Les sélections de Sarah sont pointues et piles dans les tendances. Le petit plus, elle vous propose de petits tutos pour utiliser ses coupons ^^

 

Mon expérience Couturette

 

En ce qui me concerne, je ne suis pas une grande aventurière ^^ J’aime pouvoir choisir mon tissu, éventuellement le toucher. Cela m’aide à me projeter et trouver le patron qui lui correspondra le plus.

Pour ma première expérience, j’ai choisi un chambray bleu gris, d’une fluidité et d’une douceur incroyable. La couleur est superbe, même si je dois vous avouer qu’il a été difficile de lui rendre justice en photo.

Le tissu est vraiment d’une belle qualité. Il ne brille pas, ne glisse pas et ne s’effiloche pas. On prend un réel plaisir à le coudre mais surtout à le porter. Sa fluidité permet de suivre les mouvements mais son tombé un peu lourd permet que le vêtement ait de la tenue.

Je suis  plus que ravie de mon expérience Couturette et agréablement surprise de la qualité de sa sélection. Qui sait, peut-être que j’oserais la surprise et ferais ressortir mon côté aventurière ^^

LE PATRON SOROYA 


 

J’ai eu un véritable coup de cœur pour la dernière collection de Slow Sunday ParIs. Il est vraiment rare que tous les modèles (ou presque) d’une collection me plaisent et me donnent envie de leur donner une place dans mon dressing. Mais pour celle-ci cela a été le cas. Mise à part la robe Tilia qui ne correspond pas à mon style, je trouve tous les autres pièces sublimes et fidèle au style de Caroline la créatrice. Son univers féminin, frais et doux m’inspire beaucoup et correspond au vêtements que j’aime porter. Les détails sont subtils et bien placés pour une pièces abouties et aux finitions parfaites. 

La collection se compose de 5 patrons : la robe Tilia, la jupe Vega (3 versions possibles), le pantalon Melvil, la blouse ou robe Soroya, la robe Eila (ultra canon!!!) et la veste Harrison.

Soroya s’est une blouse mais aussi une robe, deux patrons pour le prix d’un avec toutes les variantes possibles pour laisser libre court à son imagination et ses envies. Elle dispose de détails originaux et bien placés comme son empiècement en découpe pointe sur le devant et le dos que l’on peut boutonner sur la partie que l’on préfère, et son son encolure est ronde.La partie basse de la blouse est froncée pour un joli volume. Ses manches sont 3/4 et boutonnées au niveau des poignets, un petit volant vient dessiner l’emmanchure un peu basse. Pour la version robe, un lien coulissant vient resserrer la taille pour une maitrise du volume et dessiner la silhouette.

C’est donc vers la version blouse que j’ai dirigé mon choix pour cette première réalisation. Je l’ai réalisée en 38 ce qui est parfait pour la partie haute de Soroya. Cependant, je pense que j’aurai dû retirer quelques centimètres sur les côtés de la partie basse, afin de limiter un peu le volume obtenu. Je n’ai pas eu besoin d’apporter de modifications majeurs et ma blouse tombe plutôt bien de manière générale. Mon tissu étant fluide, j’aurai sûrement dû thermocoller la bande pour réaliser la patte de boutonnage car celle-ci est un peu trop molle pour arriver à bien la boutonner.

 

Le matériels nécessaire :

  • 1m80 de tissu fluide ou souple pour 1m40 de laize
  • Du thermocollant
  • 8 boutons de 10mm de diamètre

Les techniques utilisées :

  • Les fronces
  • La patte de boutonnage et boutonnières
  • La fente indéchirable et les bandes poignets boutonnées
  • L’ourlet roulotté pour le volant
La blouse Soroya est recommandée pour un niveau avancé de couture. Je pense que cela est dû aux multiple détails et au temps nécessaire pour la coudre. Il faut faire preuve d’un peu de minutie mais le résultat en vaut largement la peine. Pour autant, je pense qu’en prenant son temps un couturière intermédiaire peut se lancer et ainsi acquérir certaines techniques de couture.
Au départ, je n’avais craqué que pour la version blouse mais depuis que je l’ai cousue, je me vois bien succomber à la robe au printemps ^^
Je vous conseille de vous rendre sur le site de Couturette pour découvrir plus précisément son univers et son concept. Préparez-vous la vente de février approche à grand pas ^^
Je vous souhaite une très belle semaine et à très vite ^^
signature-cousette-cherie
cousette-cherie-blouse-soroya-4
cousette-cherie-blouse-soroya-4
cousette-cherie-blouse-soroya-6
cousette-cherie-blouse-soroya-4
cousette-cherie-blouse-soroya-6

A VOUS DE JOUER


 

Olala, je suis tellement contente de vous retrouver aujourd’hui, après deux semaines de vacances. Celles-ci m’ont fait réellement du bien avec le retour en France de mon chéri pour ses congés et les retrouvailles avec ma famille en Serbie. Me voilà regonflée à bloc pour cet automne. Je vais pouvoir me lancer dans les projets couture dont je vous avais parlé dans mon article précédent^^

En attendant les cousettes automnales, il me reste quelques projets plus légers à vous dévoiler. Je commence avec mon imprimé favori, les rayures esprit marinière et le top Morea de Slow Sunday Paris.

 

cousette-cherie-top-morea-2

 

LE CHOIX DU TISSU


 

Avant de partir en vacances, je me suis mise à faire un peu de tri dans ma garde-robe pour faire le point sur ce que je portais ou non et sur ce qui pouvait me manquer. A mon grand désarroi et en marinière addict que je suis, je me suis rendue compte que ma pile de marinière avait sérieusement baissée, abimée au fil du temps. C’est donc en dernière minutes que j’ai cousu Morea, avec cette folle envie de rayures bretonnes ^^

Je n’avais pas forcément le temps de me mettre en quête d’un tissu à rayures. Je me suis donc tournée vers mon stock et j’ai ressorti ce tissu que vous connaissez déjà car je l’avais utilisé pour mon top Dénia de Pauline Alice. Il s’agit de ce crêpe polyester à rayures fines et bleues des Coupons de Saint Pierre que j’avais acheté ce printemps. Ce qui est top avec les coupons, c’est qu’il nous reste toujours un bout de tissu pour un second projet ^^

En comparant les deux réalisations, je me rends compte qu’il était plus adapté à Morea qu’à Dénia. Son côté épais n’était pas l’idéal pour le volume créé par le noeud. Alors que les détails plus fins de Dénia sont ainsi plus structurés.

 

cousette-cherie-top-morea-4

 

LE PATRON MOREA


 

Ah les patrons Slow Sunday Paris, je les adore !! A chaque nouvelle collection, au moins deux modèles me plaisent si ce n’est tous. Tout me plait dans cette marque, l’univers doux et féminin, la gentillesse de Caroline, les détails toujours placés au bon endroit et surtout un modèle qui tombe toujours à la perfection.

C’est un peu tardivement que je me lance dans sa collection estivale mais le temps m’a manqué au moment de sa sortie. Pourtant, celle-ci m’a immédiatement plu, j’étais sous le charme de ces nouveaux modèles. Bon ok, hormis la combinaison car je n’en porte jamais ^^

Cette nouvelle collection se compose de 4 patrons : la combinaison Ischia, la robe/top Elba, le top Imaia et la robe/top Morea.

C’est ce que j’aime avec Slow Sunday Paris, la majorité des patrons sont déclinables en plusieurs versions. Ainsi, on achète un patron et on peut le réaliser en 2 ou 3 versions différentes et fonction des options que l’on associe.

C’est donc avec Morea en version top que je me suis lancée avant l’arrivée de l’automne. J’ai également dans ma bibliothèque le patron Elba mais j’ai bien l’impression que je devrais attendre l’année prochaine avant de me lancer et pouvoir le porter.

Le matériel nécessaire pour le top :

  • 1m30 de tissu pour 1m40 de laize (Si comme moi vous avez des raccords, comptez 1m50 de tissu)
  • Du biais pour l’encolure

Les techniques utilisées pour la blouse :

  • Les pinces
  • Les fronces
  • Le montage de l’encolure américaine
  • La pose du biais
  • Le montage des manches

 

Morea est assez simple à réaliser et permettra à des couturières débutantes (avec quelques projets déjà cousus) d’apprendre de nouvelles techniques qui restent assez simples à appréhender.

Le patron est déclinable en robe ou en top et présente plusieurs détails. Tout d’abord, une encolure croisée sur les épaules entre le dos et le devant, des pinces sur le devant au niveau du cou, un bas arrondi avec fente, un dos à empiècement et fronces. Tous ces détails peuvent faire peur vu leur nombre, mais la réalisation est vraiment accessible.

On commence donc par coudre les pinces devant et réaliser les fronces au dos avant de coudre l’empiècement. Je dois vous avouer que j’ai fini par laisser tomber l’idée d’un quelconque raccord ^^ Au final, le côté décalé c’est pas mal non ? ^^. Ensuite on pose le biais pour l’encolure et on pose les parementures bas pour une jolie finition (pour les fixer, on peut réaliser des points invisibles à la main ou surpiquer comme je l’ai fait). Enfin, on couds les côtés et on suit les marques pour placer l’encolure et monter les manches.

J’ai cousu mon top en 36 et je n’ai fait aucune modification mise à part allonger de 3-4 cm pour correspondre à ma stature.

 

Je souhaiterais coudre plusieurs versions manches longues de marinières, avez-vous des adresses fétiches pour dénicher de beaux tissus rayés ?

 

Très belle semaine à toutes et on se retrouve samedi pour un nouvel article ^^

signature-cousette-cherie

cousette-cherie-top-morea-2

cousette-cherie-top-morea-2

cousette-cherie-top-morea-2

cousette-cherie-top-morea-2

cousette-cherie-top-morea-2

cousette-cherie-top-morea-2

cousette-cherie-top-morea-2

cousette-cherie-top-morea-2

 

A VOUS DE JOUER


 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

 

C’est avec une grande joie et une grande émotion que j’écris ce premier article de Cousette Chérie. Après plus de deux années passées avec mon acolyte de choc Julie et Atelier Svila, je me lance aujourd’hui en solo et je dois vous avouer que ça me fait un petit (non grand ^^ ) quelque chose.

Pour ce premier article, j’ai eu envie de faire le grand saut avec un patron que j’adore, le top Iris de Slow Sunday Paris. Ainsi qu’avec un vrai coup de coeur tissu avec Eglantine et Zoé, une passionnée de couture, qui après nous avoir proposé des patrons de folie nous fait craquer avec ses sublimes tissus.

 

top-iris-cousette-cherie-4

 

LE CHOIX DU TISSU


 

Eglantine et Zoé, j’ai tout d’abord été une vraie adepte de ses patrons. Toujours bien conçus, aux détails toujours féminins. Je pouvais les réaliser les yeux fermés car je savais que ma réalisation tomberait parfaitement, sans retouches. Forcément, j’ai eu une pointe de déception lorsque Zoé a pris la décision de ne plus commercialiser de patron mais c’était sans compter sur sa volonté de rester dans ce petit monde de la couture.

Depuis l’été dernier, elle propose une sélection de tissus à associer ou non avec ses patrons. Mais c’est depuis ce printemps qu’elle s’y consacre totalement en ayant fait évoluer sa boutique en ligne de patron en boutique de tissus. Sa volonté est de nous proposer chaque saison, une collection éphémère et en quantité limitée. J’adhère totalement à sa volonté d’être sensible à la qualité du tissu et à son origine (française ou européenne) tout en nous proposant des tissus au beau tombé, fluides, colorés et aux jolis imprimés.

Forcément, lorsque Zoé m’a proposé de découvrir un tissu de sa collection été, je ne pouvais pas résister. La collection « à l’ombre des pins » se compose de trois thèmes : la vie en rose et en rouge, imprimés éphémères et blue therapy. Avec pour chacun, des tissus de folie, aux couleurs estivales. Fidèle à mon addiction au bleu, c’est dans ce dernier thème que j’ai jeté mon dévolu sur le tissu Botanica. Il s’agit d’un crêpe de viscose fluide mais épais comme il faut pour lui assurer un beau tombé. Il est ultra facile à coudre car il ne glisse pas, et n’est pas transparent donc parfait pour des blouses, jupes, robes…

 

Je vous invite à découvrir les réalisations avec Botanica de My Dress Made et sa robe Arlette juste sublime, et de Dessine moi un Patron et son top Nana.

 

LE PATRON IRIS


 

Mon tissu Botanica, je l’ai tout de suite imaginé dans un top/blouse d’été. Sa fluidité allait être mon alliée en cas de grande chaleur. Très vite, c’est le top Iris de Slow Sunday Paris qui m’est venu à l’esprit. Je l’avais déjà réalisé l’été dernier et mon top ne m’avait pas quitté. Il m’en fallait donc une seconde version. Ce que j’aime avec ce patron, c’est qu’il est ultra simple à réaliser mais que ces petits noeuds apportent une touche de féminité. Bref un top simple à coudre mais qui ne fait pas « simple » en le portant.

Caroline, la créatrice, vous propose un patron deux en un. Ainsi, vous pouvez avoir soit une veste, soit un top. Pour le moment, je ne me suis pas lancée dans une version veste mais je me dis qu’en guipure ou dentelle sur une petite robe cela pourrait être très sympa ^^

Le top est parfaitement adapté à une couturière débutante car il ne nécessite pas de connaitre de techniques de couture trop difficiles et le livret d’explication est très clair à chaque étapes de la réalisation. J’ai réalisé mon top Iris en 36 car il s’agit d’un haut ample et que je ne voulais pas qu’il le soit trop. Pour un 36, il faut compter 1m30 de tissu avec une laize d’1m40.

 

Mes modifications depuis ma première version :

  • J’ai encore ajouté 5 cm supplémentaires aux 5 déjà ajoutés il y a un an car finalement il était encore un peu court pour moi
  • J’ai supprimé la doublure intérieure des manches. Celle-ci étant plus courte que l’extérieur, il fallait effectuer quelques points à la main et malgré cela la doublure avait tendance à bouger. Du coup, j’ai coupé 4 pièces de manches extérieures que j’ai assemblées comme le prévoyait le livret d’explication avec la pièce de doublure. Ensuite, j’ai réalisé une seule couture d’enmanchure en cousant en même temps la manche extérieure et la manche intérieure.

En résumé, le top Iris est pour moi le petit haut parfait en été. Il est rapide à réaliser et se porte ultra facilement. En fonction du tissu choisi, on peut lui donner un esprit soit décontracté soit chic mais toujours avec cette touche de féminité grâce à ces petits noeuds.

Vous pouvez retrouver ma première version en plume de paons ici ^^

 

top-iris-cousette-cherie-3

top-iris-cousette-cherie-5

top-iris-cousette-cherie-5

top-iris-cousette-cherie-5

top-iris-cousette-cherie-5

 

signature-cousette-cherie

 

A VOUS DE JOUER


 

 

 

L’hiver s’est définitivement installé mais de mon côté je persiste à ne coudre que des robes. Du coup, je suis emmitouflée dans de gros gilets, des collants bien épais pour éviter d’avoir froid. Cette semaine ne va pas échapper à la règle avec ma nouvelle création inspirée de la robe Jason de Sézane. Dès que j’ai aperçu la version Bordeaux, j’ai tout de suite su que je devais me coudre la même ^^. Mais voila il me fallait un crêpe bordeaux assez lourd et je savais que cela n’allait pas être une chose facile à trouver.

forget-me-not-cousette-cherie-slow-sunday-paris2

forget-me-not-cousette-cherie-slow-sunday-paris2

forget-me-not-cousette-cherie-slow-sunday-paris2

Little Fabrics est venu résoudre mon problème en étoffant sa sélection de tissus crêpe notamment avec ma version tant désirée. Ni une ni deux la commande était passée ^^

Comme je vous l’avais dit pour le crêpe noir utilisé pour ma version de la robe Alysse, ces tissus sont superbes, tant à coudre qu’à porter. Ils ne bougent pas, tombent parfaitement. Bref, un vrai plaisir pour une couturière qui s’est confirmé avec la version bordeaux.

Une fois le tissu trouvé, il me fallait le patron idéal et c’est la robe Forget me not de Slow Sunday Paris qui m’est apparue comme une évidence. Quasiment identique, mis à part sur le devant où l’empiècement n’est pas droit, elle répondait parfaitement à mon envie de robe « Sézanelike ».

J’en avais déjà réalisé une version l’été dernier et le plaisir de la coudre s’est confirmé. Je suis encore plus ravie de cette seconde version car j’ai mieux réussi mon angle d’empiècement sur le devant. Sur ma première robe, il avait fini un peu arrondi alors que là, on voit vraiment la point. J’ai aussi mieux réparti les fronces du dos pour éviter un côté trop gonflant et ainsi mieux mettre en valeur cette partie de la silhouette.

Merci à Caroline, la créatrice, de ne nous avoir proposé une version manche longue de sa robe pour l’adapter à cette nouvelle saison. Les manches et explications sont en libre téléchargement sur son blog pour toutes celles qui comme moi avait déjà la première version dans leur bibliothèque de patron. Je deviens une véritable adepte de ses patrons qui correspondent vraiment à mon style vestimentaire mais qui surtout répondent à mes envies coutures dès leur sortie. J’ai hâte de découvrir les prochains ^^

forget-me-not-cousette-cherie-slow-sunday-paris2

forget-me-not-cousette-cherie-slow-sunday-paris2

forget-me-not-cousette-cherie-slow-sunday-paris2

signature-cousette-cherie

Et voila ma période favorite de l’année est enfin arrivée, celle des fêtes de fin d’année. J’adore cette période où l’atmosphère est si joyeuse, avec cet esprit de famille et de partage. Les lumières, l’odeur du sapin, les chants,… me mettent en joie dès début décembre. 

Mais forcément qui dit fêtes de fin d’année dit tenues de fêtes, pour Noël et nouvel an. C’est le moment de revêtir une robe que l’on ne porte pas au quotidien dans des matières plus précieuses ou plus festives que d’ordinaire. 

robe-alysse-acousettecherie

robe-alysse-acousettecherie

robe-alysse-acousettecherie

Je n’ai donc pas échappé à la règle et j’ai commencé assez tôt à réfléchir au modèle que j’allais coudre cette année. Et puis, la robe Alysse de Slow Sunday Paris est apparue durant le salon Création et Savoir-Faire. Juste parfaite et collant parfaitement à mon style, j’ai tout de suite eu envie de la porter durant les fêtes de fin d’année. Je suis de plus en plus une adepte de l’univers de Slow Sunday Paris, avec ses coupes féminines, douces et avec toujours de très beaux détails qui rendent le modèle unique. La robe Alysse n’y échappe pas, avec ses manches kimono qui permettent toutes les possibilités en termes d’association de matières mais aussi d’avoir une jolie courbe sur le haut de la robe. Le jeu de plis sur le devant m’a fait craquer et l’idée de poche dans la ligne de courbe donne un côté confort à la robe. Vous l’avez compris, je suis conquise ^^ 

Pour ma première version (une seconde est déjà en route ^^), je l’ai voulu noire pour coller à mon envie de tenue de fête mais j’ai tout de même apporté une touche d’originalité en jouant sur un contraste de tissu avec les manches. La partie corps a été réalisé avec un crèpe noir de chez Little Fabrics et je vais simplement vous dire que ces crèpes sont justes CANON!!! Voila tout est dit ^^ 

Pour les manches, j’avais craqué il y a quelques mois, pour ce jacquard noir à petites étoiles de chez Pretty Mercerie. Vu qu’il est assez fin, il se combine très bien avec le crèpe qui est assez lourd. Malheureusement, il n’est plus disponible sur le site mais vous pouvez craquer pour leurs superbes dentelles 😉

C’est ce que j’aime avec ce patron, c’est que l’on peut jouer sur le tissu des manches. Dentelles, plumetis… Tout est possible! Mais on peut aussi se la jouer sobre et souligner ou non, la ligne d’empiècement avec un passepoil. 

En ce qui concerne la réalisation, comme à chaque fois avec Slow Sunday, tout tombe comme il le faut et les explications sont ultra claires. Étant donnée que la partie à pli du devant, combinée à la poche, est assez minutieuse à réaliser, je pense qu’il faut avoir quelques notions de couture pour pouvoir se lancer. 

robe-alysse-acousettecherie

robe-alysse-acousettecherie

robe-alysse-acousettecherie

A très vite pour une nouvelle version d’Alysse et passez de très belles fêtes de Noël 🙂

signature-cousette-cherie

Après la robe Aime comme Mi Amore, je pense que c’est une saison des robes que je vous prépare pour les semaines à venir. Une fois l’été arrivée et les chaleurs qui vont avec, la robe arrive en tête des vêtements que j’aime porter. Une robe, des sandales, le tour est joué pour être à la fois chic et confortable ^^

forgetmenot-melanie-cousettecherie

forgetmenot-melanie-cousettecherie

forgetmenot-melanie-cousettecherie

Je débute donc cette série avec un de mes coups de coeur, la robe Forget me not de Slow sunday paris. J’avais déjà craqué pour le top Iris il y a deux semaines et j’ai tout de suite eu envie de rester sur ma lancée en cousant cette robe. L’univers de cette toute jeune marque me plait beaucoup et correspond à ce que j’aime porter au quotidien, des coupes féminines qui restent classiques mais avec de petits détails qui font la différence.

Il y a plusieurs semaines, j’avais craqué pour ce coton bio Feuillette disponible chez l’Atelier de Dina, sans pour autant savoir ce que j’allais bien pouvoir coudre. Entre temps, plusieurs idées de robe m’étaient venues mais sans vraiment me convaincre, jusqu’au moment de la sortie de la robe forget me not. Bon, par contre, un second souci est apparu : le choix d’un passepoil pour joliment marquer les découpes du modèle. J’ai fini par dénicher ce passepoil orange, pas trop flashy, lors d’un de mes passages chez Fil 2000.

Pour la réalisation, comptez une bonne soirée de couture mais en ayant préalablement coupé le tissu car mine de rien il y a quand même plus de pièce que pour une robe classique. On commence donc par assembler la partie de devant en fixant le passepoil sur les bords intérieur des côtés, en réalisant les fronces sur le haut de la jupe devant puis cousant les deux pièces ensembles. Dans un second temps, on s’attaque au dos en assemblant les milieux dos de la partie supérieure puis en la piquant à la jupe après avoir réalisé les fronces. Enfin, on termine en assemblant les côtés.

Pour les manches, j’ai choisi de réaliser la version tulipe que je trouve juste magnifique!! Pour infos, j’ai choisi de retirer les parementures pour y mettre un biais de propreté et j’ai également réalisé l’ourlet de mes manches de cette manière. Pour monter les manches tulipes, pas de réelles difficultés d’autant plus qu’un super schéma vous est proposé et ne laisse plus de place aux doutes ^^

forgetmenot-melanie-cousettecherie

forgetmenot-melanie-cousettecherie

forgetmenot-melanie-cousettecherie

forgetmenot-melanie-cousettecherie

signature-cousette-cherie