Cette semaine va marquer la fin de l’été sur le blog pour laisser place dès la semaine prochaine à la rentrée et le retour du Working Girl Project.

Aujourd’hui, je vais vous parler d’une pièces que je n’ai pas l’habitude de coudre. Tout simplement, car il est encore trop facile pour moi d’aller dans le commerce pour trouver ce que je souhaites. Cela concerne principalement la lingerie, les chaussettes ^^ et les maillots de bain.

Je m’étais lancée une première fois dans la couture de mon maillot de bain mais au fil des lavages, je me suis rendue compte que le résultat n’était pas à la hauteur. Pas la bonne coupe, pas de jolies finitions… Du coup, je n’ai pas eu envie de me lancer à nouveau dans l’aventure, préférant m’approvisionner dans le commerce.

Sauf, qu’un point est très vite revenue sur le devant, le budget pour avoir le maillot de bain de ses rêves. En ce qui me concerne, celui qui me faisait de l’oeil avoisinait les 200 euros. Et ce n’est vraiment pas mon genre de mettre autant dans un maillot.

C’est à ce moment là que Popeline et Linon a sorti le patron de son body Zazy. C’est un body cache-coeur, avec une forme blousante et une culotte taille haute pile ce que je recherchais pour le maillot de bain de mes rêves. Le hic, c’est un body avec un dos fermé et avec des manches, il fallait donc le modifier. Après plusieurs échanges avec la créatrice de la marque, nous avons convenu d’une version finale, ne nécessitant pas de modélisme trop complexe pour rester accessible aux plus grand nombre de couturière.

 

cousette-cherie-maillot-zazy-1

 

CHOISIR SON MATÉRIEL POUR UN MAILLOT DE BAIN


 

Il est de plus en plus facile de trouver les accessoires nécessaire à la confection d’un maillot de bain, ce qui n’était pas encore le cas au moment de ma première tentative.

De manière générale, il vous faudra un tissu maillot de bain ou un jersey pouvant sécher rapidement, ainsi que de la laminette. Il s’agit d’un élastique transparent qui est résistant à l’eau et au chlore.

Un fil mousse est également conseillé pour coudre les tissus extensibles. Mais mon fil polyester de surjeteuse a très bien fait l’affaire.

Si votre tissu est légèrement transparent ou de couleur claire, il existe des doublures spéciales pour maillots de bain. Il serait dommage d’être quasiment nue en sortant de l’eau ^^

Voici ma petite sélection 😉 :

les tissus

  1. Laminette ou élastique transparent – Mercerie Rascol
  2. Tissu maillot de bain bordeaux – Mercerie Rascol
  3. Tissu maillot de bain marinière – Pretty Mercerie
  4. Tissu doublure de maillot de bain écru – Pretty Mercerie
  5. Tissu maillot de bain rose poudré lurex argent – Pretty mercerie
  6. Tissu maillot de bain bleu marine – Les Coupons de Saint Pierre

 

TRANSFORMER LE BOBY ZAZY EN MAILLOT DE BAIN


 

cousette-cherie-maillot-zazy-3

 

De manière générale, le montage de Zazy version maillot de bain reste identique au montage de la version body. Il va falloir simplement modifier :

  • La hauteur de la couture du fond de la culotte : pour le body, elle vient sur le devant alors que pour le maillot cela sera plus joli si la couture est plus vers l’arrière
  • La hauteur du dos : pour bronzer, mieux vaut avoir le dos dégagé. En soi, toutes les hauteurs sont possibles mais je vous conseille tout de même que le dos n’ailles pas au delà du milieu pour que cela soit plus flatteur.
  • La jonction de la ligne d’épaule : vu que l’on vient modifier le dos, il va falloir maintenir le devant. Pour cela, on vient ajouter les bretelles dans le dos, qui seront assemblées au devant.
  • La ligne d’emmanchure du devant : vu que le dos va être plus bas, l’emmanchure va être modifiée également car elle ne viendra plus recevoir de manches.

 

INFORMATIONS PRÉALABLES :

  • J’ai cousu ma version en taille 38
  • Mon tissu étant clair, il était conseillé de le doubler. Si vous ne le doublez pas, il faudra créer de petits ourlets pour la pièce devant au niveau des parties qui se croisent.
  • J’ai entièrement cousu mon maillot à la surjeteuse sauf pour poser les élastiques transparents. Pour celles qui n’ont pas de surjeteuse, il vous faudra utiliser le point zigzag de votre mac.

 

ÉTAPE 1 : Modifier le patron papier

Pour réaliser la version maillot de bain, il faut imprimer les pièces dos, devant, culotte devant et culotte dos.

  • La culotte devant : Ajouter 6 cm à la partie entre-jambe
  • La culotte dos : Retirer 6 cm à la partie entre-jambe
  • Le dos : Cette pièce commence juste au dessus de votre chute de rein, mesurez la hauteur que vous souhaitez sachant qu’elle ne doit pas aller au delà de votre milieu dos. Cette pièce est prévue avec un fronçage sur le bas. Pour limiter le volume, retirez 3 bons centimètres de chaque côté sur la partie haute de la pièce dos.
  • Le devant : Sachant que le patron initial est proposé avec des manches, il fallait venir retravailler l’emmanchure. Pour cela, il faut : 1) venir reporter la hauteur choisi pour la pièce sur dos sur la partie du devant. Au niveau où le devant sera cousu avec le dos. 2) Se placer au milieu de l’emmanchure et venir tracer une ligne entre ce point et le point marquant la hauteur du dos. 3) Couper le long de cette ligne.

ETAPE 2 : Créer la bretelle

L’idée pour dégager le dos est d’ajouter des bretelles qui vont venir s’assembler au devant puis être cousu à la pièce du dos.

Pour cela, vous devez déjà couper et coudre les bretelles. Celles-ci doivent faire entre 3 et 4 centimètres de large. Ainsi, vous devez couper des bandes entre 5 et 6 centimètres pour avoir les marges de couture et d’une longueur de 40 cm.  Vos bretelles risquent d’être trop longue mais l’idée est que chacune puisse venir ajuster ses bretelles en fonction de sa carrure.

Pour créer la jonction bretelle/devant, vous devez :

 

  1. Vous devez diviser en 3 la pièce devant au niveau de la ligne d’épaule
  2. Venez positionner votre bretelle au milieu et sur l’endroit de votre devant (je vous conseille de venir piquer à 0,5cm afin de maintenir la bretelle pour les prochaines étapes)
  3. Venez rabattre le côté encolure au dessus de la bretelle
  4. Venez rabattre le côté emmanchure au dessus du côté encolure
  5. Piquez à la surjeteuse

ETAPE 3 : Coudre le maillot

Comme je vous le disais un peu plus haut, les étapes de montages correspondent à celles pour le body. A la seule différence que vous êtes venues retravailler le dos et ajouter des bretelles.

Pour vous assurer un bon maintien, vous devrez venir coudre un élastique transparent sur votre nouvelle pièce dos. Cela permettra de resserrer un peu plus la partie haute de votre dos. Idem, il vous faudra les coudre au niveau des entre-jambes. Petit conseil : évitez de trop tirer sur l’élastique sinon, il sera trop serré sur vous.

Vos bretelles seront sûrement trop longue par rapport à ce dont vous aurez besoin. Cela est fait exprès afin que vous puissiez les ajuster en fonction de votre taille, de votre carrure afin d’être le plus confortable possible. Vous pouvez venir les fixer de différentes manières, soit comme moi vers le milieu, soit droit, soit croisée.

 

cousette-cherie-maillot-zazy-

 

Bien que l’été est passé et que certaines ont déjà profitez des joies de la plage, je suis certaine qu’il y a des personnes qui comme moi prennent des vacances à toutes périodes de l’année ^^

Mon maillot de bain sera quant à moi sorti pour la première fois lors de nos prochaines vacances en novembre 😉

signature-cousette-cherie

cousette-cherie-maillot-zazy-2

cousette-cherie-maillot-zazy-

cousette-cherie-maillot-zazy-

 

A VOUS DE JOUER


 

 

Le soleil nous a un peu quitté ces derniers jours, alors je vais tenter de le faire revenir avec ma cousette du jour. Je suis dans une phase où j’aime coudre des pièces simples et assez rapides mais l’envie d’une pièce plus compliquée me titille. Et l’approche de la rentrée me donne envie de blazer, pantalon et petites blouses, de quoi satisfaire cette nouvelle envie.

Mais avant de penser à la rentrée, j’ai encore quelques pièces estivales à vous dévoiler comme aujourd’hui avec ma jupe Bellis de Pretty Mercerie dans un superbe tissu de Lise Tailor.

 

 

LE CHOIX DU TISSU


 

Nous connaissons toutes Lise Tailor comme la blogueuse couture et tricot mais aussi l’auteur du livre « Je me mets au tricot ». Ma bible tricot en ce qui me concerne et qui m’accompagne dans mes projets car en tant que débutante j’ai encore besoin de pas mal d’accompagnement ^^

Il y a quelques mois, Lise s’est lancée dans l’incroyable aventure d’entrepreneuse en créant sa propre marque de tissu mais pas que. Dans sa boutique, vous y trouverez bien sûr des tissus dont les matières et le graphisme sont soigneusement travaillés et choisis par Lise. Et pour compléter vos achats, vous y trouverez également des goodies à l’image des tissus (pins, plateaux, petits carnets…) mais aussi des kits couture et depuis peu des boutons.

Lors de la première collection, je n’avais pas été assez réactive. Du coup, j’étais dans les starting block pour la suivante. Vu les premiers aperçus, cette collection me correspondait parfaitement et ne pouvait pas m’échapper.

J’ai craqué pour deux tissus, notamment le crêpe de viscose Happy Peony en version rose. Je suis une amoureuse des pivoines, alors forcément ce tissu m’a tout de suite plu. Il est encore disponible en plusieurs taille de coupons sur le site. Je vais vous parler uniquement de ce tissu dans cet article car le second fera également l’objet d’un article ^^.

Forcément, une première commande amène plein de questions, sur la qualité, la couleurs, le tombé du tissu. Une fois la réception et les premières cousettes, on se pose beaucoup moins de question à la seconde commande. En ce qui me concerne, j’ai été agréablement surprise par la qualité des tissus reçus.

Le crêpe de viscose est vraiment top, il est épais et donc non transparent ce qui le rend parfait pour une robe ou un jupe. Pour autant, il conserve une jolie fluidité, parfaite pour les chaleurs de l’été. Il froisse très peu en le portant, ce qui n’est pas négligeable pour ne pas ressembler à un torchon en quelques minutes ^^. Le motif et la couleur sont géniaux, les pivoines ressortent très bien avec ce rose pas trop pâle ou trop vif.

Vous l’aurez compris, on prend un véritable plaisir à coudre !

 

Les + :

  • Sa fluidité
  • Non transparent et avec un joli tombé
  • Froisse assez peu

Les – :

  • Peut être le prix un peu élevé mais équivalent à d’autres marques

 

cousette-cherie-jupe-bellis-1

 

LE PATRON BELLIS


 

C’est ma première avec un patron Pretty Mercerie et pourtant je suis une fervente adepte de leurs sélections de tissus. Les précédentes collections m’avaient beaucoup plu mais finalement un peu différentes de mon style habituel. Du coup, je ne m’étais pas lancée mais avec une pointe de regret. Puis est arrivée la dernière collection et l’ensemble des pièces m’ont tout de suite séduite.

Cette dernière collection se compose de 4 pièces : la robe Cosmo, la blouse Malva, la jupe Bellis et le maillot de bain Cirse. Avec Julie d’Atelier Svila, nous avons craqué sur les 3 premières pièces et très vite l’échange de patron a eu lieu.

Aujourd’hui, c’est de la jupe Bellis dont je vais vous parler. Un jupe qui fait son petit effet mais qui est très simple à coudre et convient parfaitement aux couturières débutantes.

Il s’agit d’une jupe courte (assez courte vraiment, je l’ai facilement allongée de 10 cm) qui est froncée à la taille grâce à sa ceinture élastique et sur la partie du milieu.

En gros, il s’agit d’assembler 3 rectangles pour former la jupe. Dans un premier temps, on s’occupe de la ceinture que l’on assemble à la parie haute. Dans un second temps, on vient assembler la partie basse à la partie haute en venant froncer la bordure.

En ce qui me concerne, je l’ai cousu en taille 38 et en veillant à l’allonger de 10 cm pour être à l’aise. Par contre, j’ai fait pas mal de modifications dans la technique de montage.

Premièrement, j’ai inclus la pièce de la ceinture dans la pièce du haut pour ne former qu’une seule pièce. Puis, je suis venue surfiler la bordure haute que j’ai ensuite rabattue sur 7-8cm pour venir y glisser l’élastique après avoir cousu la partie ceinture.

Deuxièmement, j’ai surfilé la bordure haute de la pièce basse, que je suis ensuite venue rabattre sur l’envers pour créer un simple petit ourlet. J’ai ensuite réaliser le fronçage et assembler mes deux pièces de Bellis.

 

Le matériel nécessaire (pour une taille 38) :

  • 1m40 de tissu en 1m40 de laize
  • 1m d’élastique plat de 50mm de large

Les techniques utilisées :

  • Réaliser des fronces
  • Réaliser une ceinture élastiquée

 

Pour celles qui préfèrent suivre les explications, le livret est assez succinct car la marque vous propose une vidéo qui vous accompagne sur le montage. Mais sincèrement, Bellis est vraiment parfaite pour les débutantes qui souhaitent avoir une pièce simple et rapide à coudre mais qui fait sont petit effet.

Je vous retrouve très très vite pour un joli projet ^^

signature-cousette-cherie

cousette-cherie-jupe-bellis-1

cousette-cherie-jupe-bellis-1

 

A VOUS DE JOUER


 

 

 

Alala, il m’en aura fallut du temps pour coudre cette blouse !!! Pourtant, j’avais tout… le tissu, le patron mais pas le temps au moment de sa sortie. Puis, l’hiver est arrivé et j’ai trouvé que mon tissu n’était plus vraiment de saison. J’ai donc patiemment attendu le retour du printemps pour coudre ma version de la blouse Rocaille de Dessine moi un Patron dans ce superbe coton chevronné et au détail lurex de chez Pretty Mercerie. 

 

cousette-cherie-blouse-rocaille-2

 

LE CHOIX DU TISSU


 

Peu avant l’hiver, j’ai eu une frénésie d’achat de tissus et principalement chez Pretty Mercerie qui chaque semaine nous dévoilait une sélection de dingue !!! Au cours d’une commande, j’ai craqué pour ce tissu en coton, au tissage chevron rehaussé de petits fils lurex. Le détail qui tue ^^

En l’achetant, j’ai tout de suite su qu’une Rocaille verrait le jour. Et oui, il m’arrive de plus en plus de me tenir à ma philosophie « un tissu acheté, un projet en tête » ^^. Le souci est que j’ai toujours plein de projets en tête, du coup la carte bancaire continue de chauffer ^^

Le tissu est parfait pour le rendu que je voulais pour ma blouse. Un tombé assez lourd pour une blouse structurée.

Pour cela, il me fallait un tissu avec de la tenue sans être trop épais. Le coton se coud très facilement du fait qu’il ne soit pas fluide et qu’il ne glisse pas. Il permet de bien marquer les différents détails de Rocaille, notamment le bavolet et le pli dans le dos. Sa douceur le rend très agréable à porter au quotidien.

Par contre, je dois vous avouer qu’il froisse assez rapidement, les photos n’ont pas été faciles à prendre car il fallait éviter les gros plis… Mais sa texture, son tissage chevron et la touche de brillant viennent absorber cette inconvénient. Oui oui les paillettes me tapent toujours autant dans l’œil ^^

 

cousette-cherie-blouse-rocaille-2

 

LE PATRON ROCAILLE


Comme vous le savez, j’ai la grande chance de faire partie de l’équipe de testeuses d’Émilie pour chaque nouvelle collection de Dessine moi un Patron. Pour Rocaille, je ne disposais vraiment pas suffisamment de temps, pourtant le coup de cœur était bien là ! Imaginez ma frustration sur le coup de devoir remettre à plus tard cette cousette. Il aura fallu attendre le début d’année pour qu’elle passe sous ma machine à coudre. 

Rocaille c’est la blouse qui change radicalement de toutes les autres. Elle correspond parfaitement à l’univers d’Émilie et à l’esprit qu’elle souhaite donner à ses créations. Issue de la collection hiver, je trouve qu’elle s’adapte tout aussi bien au printemps ^^

Cette blouse est pleine de détails : une jeu de bas-volets sur le devant (deux formes possibles), un bas-volets dos au pli creux pour apporter du mouvement, un col avec fente pour un décolleté discret et des pattes d’épaules. En gros, les possibilités sont infinies pour convenir à toutes les envies !

En ce qui me concerne, j’ai réalisé ma blouse en 38 et elle tombe parfaitement avec mon tissu un peu épais. Peut être qu’avec un tissu plus fluide un 36 suffirait…. 

J’ai choisi de garder tous les détails qui font Rocaille. Un bas-volet arrondi sur le devant, le bas-volet a pli creux dans le dos. Je n’ai pas cousu les pattes d’épaules car j’avais peur que cela marque trop ma carrure et j’ai fini par retirer le col. À la base, je l’avais cousu, comme vous avez pu le voir sur Instagram. Mais en le portant, je me suis rendue compte que je n’étais pas du tout à l’aise. Je n’aime pas vraiment être serrée au niveau du cou et de me sentir « enfermée ». C’est à ce moment là qu’Émilie a proposé un tuto pour retirer le col et en proposant de créer une parementure dos et une dans la continuité de la parementure de la fente devant. Direction Dessine moi un patron pour découvrir un tutoriel au top pour adapter votre Rocaille !

 

Le matériel nécessaire :

  • 1m70 de tissu pour 1m40 de laize
  • 4 boutons si vous souhaitez l’ajouter à votre bavolet et aux pattes d’épaule
  • Du thermocollant

Les techniques utilisées :

  • Le montage des manches
  • La fente d’encolure
  • Le col

 

La blouse Rocaille a pas mal de points techniques dans sa réalisation, ainsi, je la conseille plutôt aux couturières intermédiaires ayant une bonne maitrise des bases de couture. Après, elle reste assez rapide à coudre malgré les nombreux détails.  En tout cas, si vous souhaitez une blouse qui change, avec un esprit mode au top, n’hésitez pas, Rocaille fait vraiment son petit (grand) effet !

Je vous souhaite une très belle semaine !

signature-cousette-cherie

cousette-cherie-blouse-rocaille-2

cousette-cherie-blouse-rocaille-2

cousette-cherie-blouse-rocaille-2

cousette-cherie-blouse-rocaille-2

cousette-cherie-blouse-rocaille-2

cousette-cherie-blouse-rocaille-2

A VOUS DE JOUER


 

Très belle année à toutes !!!! Je vous souhaite plein de belles choses pour cette année 2018. L’amour et la santé pour vous et vos proches mais surtout une très belle année créatives.

Et oui, l’année 2017 a laissé place à 2018. Cette année a filé à une vitesse folle, je n’arrive toujours pas à réaliser tout ce qui a pu se passer. Beaucoup de choses sont venues chambouler ma vie, j’ai été prise d’une envie de faire un break et ainsi me redécouvrir et faire le bilan de ce que je voulais vraiment. Je m’arrête là car je vous donne rendez-vous prochainement pour faire le bilan 2017 et les objectifs 2018. 

Je commence cette année en vous dévoilant celle qui finalement aura été ma robe de fête et que j’adore, la robe Orla de French Navy Patterns avec un tartan de folie de chez Pretty Mercerie. 

 

cousette-cherie-robe-orla-1

 

LE CHOIX DU TISSU


 

Le tartan est l’imprimé que j’adore et qui me suit tous les hivers. Je dois faire un vrai blocage car je suis littéralement hypnotisée par lui lorsque je rentre dans une boutique. J’ai rapidement envie d’acheter chaque tissu ou modèle lorsqu’il s’agit de vêtement déjà cousu. Cette année, j’ai réussi à me réfréner contrairement à l’année dernière où j’avais craqué pour plusieurs versions de tartan. Mon stock commençant à prendre de l’importance, je me suis dit qu’il fallait rester raisonnable. Pour autant, je ne pouvais pas ne pas craquer, encore plus lorsque j’ai aperçu ce tartan bleu et vert chez Pretty Mercerie. Il est parfait, pile dans l’idée que j’avais pour coudre une robe à l’esprit « preppy ». 

En recevant le tissu juste avant les fêtes de fin d’année, j’ai tout de suite su que ma robe serait celle que je porterais à Noël ou au nouvel an. 

Je n’ai pas une seule seconde été déçue par le tissu en le découvrant. Il est épais tout en restant souple pour avoir un joli tombé et de jolis mouvements. Il permet à ma robe d’avoir de la tenue au niveau du buste et de la légèreté sur la jupe accentuée par les fronces. 

Il a vraiment le tissage voulu par le tartan. Il a donc tendance à s’effilocher mais cela est normale. Avec un coup de surfilage, je problème est rapidement résolu. 

Mis à part cela, il n’y a rien à lui reprocher. Il est facile à coudre car il ne glisse pas et il marque bien les pinces. De même, les fronces sont simples à réaliser bien que le tissu soit épais. 

En résumé, le plus difficile n’est pas de coudre ce tissu mais de réussir ses raccords ^^

 

LE PATRON ORLA


 

Dans mon esprit, j’avais ma parfaite robe tartan. Je la voulais patineuse avec une taille froncée pour un beau volume sans agressivité. Je ne voulais pas de pinces poitrines mais plus des pinces devant et dos pour pouvoir avoir un buste plus cintré (et mine de rien c’est mieux pour les raccords ^^). 

J’avais aperçu la robe Orla de French Navy Patterns en découvrant le blog de Allie Jackson une couturière américaine dont j’aime beaucoup l’univers frais et féminin. Elle est une adapte des formes vintages mais adaptées à notre époque.

C’est donc naturellement que le patron m’est venue en tête pour utiliser ce tartan car il répondait à tous mes critères. Le gros plus de la robe Orla est que le patron est gratuit. Ainsi, aucune excuse pour ne pas succomber !!

Ma version a été cousue en taille 38 ou M soit un 8 en taille américaine. Je n’ai pas allongé ma hauteur de buste. J’ai simplement allongé la jupe de 4 cm et cousu des manches longues au lieu des manches courtes proposées. 

 

Le matériel nécessaire :

  • 1m80 de tissu pour une laize de 1m45. J’ai prévu plus de tissu pour pouvoir faire mes raccords
  • Un zip invisible de 60 cm
  • Du biais pour l’encolure

Les techniques utilisées :

  • La coupe du tissu afin d’obtenir de bons raccords
  • La pose du zip invisible
  • Les pinces
  • Le fronçage

En soi, la robe est simple à réaliser et nécessite peu de connaissances techniques en couture. Elle permet aux couturières débutantes de découvrir de nouvelles techniques assez accessibles comme le fonçage, les pinces et le montage de manches, tout en ayant une jolie pièce à la fin. La principale difficulté réside dans la pose de la fermeture à glissière invisible. 

Ce que j’aime avec cette robe c’est qu’en l’associant à de jolis collants, j’ai ainsi pu la porter en soirée de fêtes mais je pourrais aussi la porter au quotidien. Ainsi, je pourrais en profiter plus souvent et éviter qu’elle ne reste dans ma penderie suite à une coupe plus habillée.

 

Et vous, qu’elle a été votre tenue pour les fêtes ?

 

Je vous souhaite encore une fois une très belle année 2018 !

signature-cousette-cherie

cousette-cherie-robe-orla-1

cousette-cherie-robe-orla-1

cousette-cherie-robe-orla-1

cousette-cherie-robe-orla-1

cousette-cherie-robe-orla-1

 

A VOUS DE JOUER


 

 

Aujourd’hui, je vous retrouve pour un nouvel article couture avec la parfaite petite blouse pour les beaux jours. Je vous parle de Joy d’I am Patterns que j’ai voulu fraiche et vaporeuse avec cette viscose feuillage de chez Pretty Mercerie.

 

cousette-cherie-i-am-joy-1

 

LE CHOIX DU TISSU


 

Comme vous le savez, Pretty Mercerie fait partie de mes boutiques de tissus préférées. Je guette chaque semaine leurs nouveautés car je sais qu’il y aura forcément un tissu, un motif qui me fera craquer. Bon ok, je ne craque pas non plus à chaque fois car mon banquier serait beaucoup moins sympa avec moi, mais je ne résiste pas aux paniers fictifs ^^

Ma dernière commande fut celle où j’ai craqué pour une gabardine bleu canard, parfaite pour une veste ou une robe(oui, je n’ai pas encore fait mon choix). Et au sein de cette commande s’est glissée cette jolie viscose à feuillage bleu clair. Celle-ci n’est aujourd’hui plus disponible sur le site mais je vous ai fait une petite sélection d’imprimés tropicaux pour facilement la remplacer. Je suis sure que l’on peut se lancer les yeux fermés connaissant la qualité des tissus Pretty Mercerie.

La mienne est juste parfaite. Fluide mais non transparente, vaporeuse et légère pour affronter les chaleurs estivales. Véridique, je l’ai portée alors qu’il faisait 30 degrés et je n’ai pas eu une seule seconde une sensation de chaud. Ce que j’ai peur avec ce type de tissu assez fin c’est qu’il vienne à glisser ou de tirer sur des fils au moment de coudre. Ici, aucun souci ! Bien entendu, j’ai choisi une aiguille assez fine pour coudre, mais sinon je n’ai pas eu peur d’abimer mon tissu.

 

LE PATRON I AM JOY


 

Personne n’a pu passer à côté de la nouvelle version du magazine Marie Claire Idées, sortie en mai dernier. Nouvelle mise en page, nouvelle formule, une vraie réussite ! Le magazine est juste superbe et son nouveau site internet est une vraie pépite à idées DIY. L’autre belle surprise fut leur collaboration avec I am Patterns avec un patron pochette gratuit : le I am Joy. Une nouvelle fois, Marie Émilienne nous a conçu un superbe patron, à l’image de son univers que l’on adore.

Il s’agit pour moi de la parfaite petite blouse pour le printemps, rapide à réaliser mais avec un rendu parfait. J’adore son encolure bateau, ses têtes de manches froncées, ses manches bouffantes resserrées par un élastique au niveau du coude pour un effet manches 3/4.

Je la conseille vraiment pour les débutantes car elle n’est vraiment pas difficile à réaliser. D’autant plus que Marie Émilienne vous propose un pas à pas vraiment détaillé pour réaliser Joy. Les points techniques sont : les deux pinces poitrines, le fronçage des têtes de manche, la pose de la parementure d’encolure, et l’insertion de l’élastique.

En ce qui me concerne, j’ai réalisé Joy en taille 36 car je me doutais que le modèle allait être un peu ample. Je pense avoir bien fait car déjà comme cela elle est un poil trop grande pour moi, mais j’aime les coupes un peu loose ^^ J’ai conservé la parementure au niveau du col, mais vous pouvez très bien la remplacer par un joli biais notamment si vous choisissez une broderie anglaise.

La seule chose qui m’a un peu gêné, c’est son élastique au niveau du bras. Dans mon premier essai, il était plus resserré mais j’avais la sensation d’un garot sur le bras, me rendant mal à l’aise. Je l’ai donc enlevé pour le remplacer par une version plus longue. Du coup, je suis plus à l’aise en portant ma blouse mais j’ai perdu l’effet froncé voulu par l’élastique.

Pour celles qui auraient loupé la sortie du patron, vous pouvez dorénavant retrouver I am Joy sur le site d’ I am Patterns, qui lui a donné des airs africains ultra colorés ^^

Je vous souhaite une très belle semaine et rendez-vous samedi pour un nouvel article !

 

cousette-cherie-i-am-joy-1

cousette-cherie-i-am-joy-5

cousette-cherie-i-am-joy-5

cousette-cherie-i-am-joy-5

cousette-cherie-i-am-joy-5

signature-cousette-cherie

A VOUS DE JOUER


 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

 

Je vous retrouve aujourd’hui pour un nouvel article couture et plus particulièrement une nouvelle robe, la première sous le nom de Cousette Chérie. Et oui, mon addiction aux robes n’a pas du tout disparu, bien au contraire. Pourtant, lorsque je regarde mes dernières cousettes estivales, je me rends compte que je ne vais pas vous proposer beaucoup de robes. Mais promis, je rectifie cela lors de mon retour à Paris prévu en fin de semaine ^^

 

robe-twiggy-cousette-cherie-4

 

Cette fois-ci, je me suis laissée tenter par la robe Twiggy de Kit by Klo. Il faut dire que les différentes versions qui sont apparues sur Instagram, étaient toutes plus jolies les unes que les autres. Alors forcément, j’avais moi aussi envie de me lancer. Pour cela, j’ai choisi d’associer Twiggy à un tissu en jean à pois de chez Pretty mercerie.

 

LE CHOIX DU TISSU


 

Ahhh, ce tissu c’est un peu toute une histoire. J’ai eu un coup de coeur pour lui lors de sa mise en ligne et très vite il s’est retrouvé dans mon panier. Mais voilà, je n’avais pas vraiment d’idée précise de patron avec qui l’associer. Il a donc été mis de côté mais à fait l’objet de plusieurs rebondissements. Une fois, il était destiné à la blouse Helsinki d’Orageuse Pattern, une autre fois à la robe Cami de Pauline Alice, avant de devenir une Twiggy.

Ce tissu en jean est assez fin et souple ce qui permet de facilement l’utiliser pour une robe, ou même une chemise. En revanche, il tient quelque peu chaud (oui, oui la séance photo en plein soleil me le confirme ^^). Du coup, il est idéal pour ce type de robe ample de mi-saison avec ces manches longues mais à éviter pour des petites cousettes estivales. En tout cas, en ce qui me concerne, c’est ce que je souhaitais, une pièce portable au printemps mais aussi à la fin de l’été.

Etant donné qu’il s’agit d’un jean, et sachant les mauvaises suprises que j’ai pu avoir avoir par le passé, j’ai bien pensé à laver deux fois mon tissu pour éviter qu’il ne rétrecisse une fois cousu. Mais je dois vous avouer que je n’ai pas vraiment eu le sentiment que cela fut le cas.

Une fois ces précautions prises, le tissu est facile à coudre car il ne glisse pas et ne s’effiloche pas, il marque facilement au fer, ce qui est parfait pour la création de la fente de manche.

 

LE PATRON TWIGGY


 

Lorsque Cloé, la créatrice de Kit by Klo a dévoilé, il y a quelques semaines déjà, sa robe Twiggy, je l’ai tout de suite aimé. Mais comme vous le voyez, il m’aura fallut pas mal de temps avant de me lancer ^^

Il s’agit pour moi de la petite robe de mi-saison idéale avec ses manches 7/8e qui permettent de ne pas se découvrir trop vite tout en ayant pas trop chaud avec les températures printanières. Twiggy est destinée aux couturières ayant de bonnes notions de couture car elle est pleine de jolis détails. Sa jupe froncée et ses poches italiennes lui donnent du volume et ses épaules tombantes en fond définivement une robe ample qui s’adapte à toutes les morphologies. En revanche, si comme moi, vous souhaitez éviter le côté trop ample, je vous conseille de couper votre tissu une taille en dessous de la vôtre.

La particularité de Twiggy se situe au niveau de ses manches avec sa fente volantée et son lien qui permet de la refermer avec un joli noeud. En ce qui me concerne, vu que je ne suis pas très très fan des volants, j’ai choisi d’uniquement conserver la fente avec le lien. Son dos est également entièrement boutonné. Il est recommandé 8 boutons pour le dos, mais étant donné que j’ai rallongé ma jupe de 5 cm en raison de ma taille, j’ai également ajouter deux boutonnières supplémentaires. J’ai aussi choisi de petits boutons métalliques plats que j’avais trouvé en brocante pour refermer ce joli dos.

 

Le matériel nécessaire :

  • 2m de tissu
  • 8 boutons (prévoir 2 ou 3 de plus si vous allongez votre robe)
  • Du fil assorti

 

Réalisation de la fente sans volant :

  1. Coupez deux bandes de tissus (une pour chaque manche) d’environ 4-5 cm de large et de la longeur de la fente.
  2. Marquez à la craie l’emplacement de la fente sur la manche mais aussi sur la bande.
  3. Superposez endroit contre endroit la bande à la manche en faisant correspondre la ligne de fente.
  4. Coudre à environ 3mm autour de la ligne de fente. Vous avez la possibilité soit d’avoir une fente en pointe soit une fente carrée (c’est celle-ci que j’ai choisi).
  5. Coupez le long de la ligne de fente en vous arrêtant un peu avant le bout. Venez cranter vers les coins ou la pointe de fente puis retournez la bande sur l’envers en la faisant passer à l’intérieur de la fente. Venez marquer au fer.
  6. Terminer par un surpiquage tout autour de la fente pour maintenir la bande à l’intérieur.
  7. Continuez selon la notice de montage pour placer la bande de fermeture.

 

Mes adaptations :

  • Couper mon tissu une taille en dessous de celle recommandée par le tableau de mensuration
  • Enlever le volant de la manche et ne concerver que la fente
  • Faire des petits points invisibles au niveau de la boutonnière pour éviter qu’elle ne s’ouvre

 

Voici ma première réalistion de Twiggy et j’ai déjà envie de me lancer dans une seconde version. Avez-vous des idées de matières ?

J’espère que ma Twiggy vous plaira et vous souhaite une très belle semaine !

 

robe-twiggy-cousette-cherie-5

robe-twiggy-cousette-cherie-5

robe-twiggy-cousette-cherie-2

robe-twiggy-cousette-cherie-2

robe-twiggy-cousette-cherie-9

 

signature-cousette-cherie

A VOUS DE JOUER