Je suis super contente de vous retrouver aujourd’hui sur le blog. Ma petite pause de la semaine dernière n’était pas vraiment prévue mais le froid a eu raison de moi et m’a cloué quelques jours au lit, rendant impossible toutes prises de photo ^^

J’ai donc profité d’une rare éclaircie ce week-end pour prendre des photos et ainsi vous dévoiler ma version de la robe Belleville de chez Louis Antoinette dans un crêpe élasthanne acheté à New York.

 

cousette-cherie-robe-belleville-1

 

LE PATRON BELLEVILLE


 

La nouvelle collection « Lutèce » de Louis Antoinette est sortie en septembre, pile poil pour la rentrée. En la découvrant, j’ai eu un véritable coup de cœur pour la robe Belleville comme souvent avec les patrons de robe de la marque. Cette nouvelle collection est une invitation au voyage au travers des stations du métro parisien et se compose également du short Mirabeau, du manteau Abbesses et du top Voltaire.

Comme pour ses précédentes collection, la marque vous propose ses modèles en patron pochette mais aussi en kit (mis à part le manteau Abbesses) comprenant le tissu et toutes les fournitures nécessaires pour réaliser la pièce. Mais la principale nouveauté de cette fin d’année est l’ouverture du site CAPSUL Studio créé par la marque et qui vous propose d’acheter des vêtements finis et confectionnés par des couturières certifiées. Ces vêtements sont réalisés à partir de plusieurs marques de patrons, dont ceux de Louis Antoinette et franchement il y a déjà des pièces ultra canon !!

La robe Belleville, est une robe marquée à la taille qui trouve toute sa féminité dans son décolleté croisé sur le devant et à l’effet drapé obtenu par un jeu de pli, un peu dans l’esprit d’une robe portefeuille. Le bas de jupe souligne les courbes, sans être trop ajustée, et trouve son originalité dans ces grandes poches à rabat. Vous l’aurez compris, Belleville est féminine mais peut être adaptée au jour où à la nuit selon le tissu que l’on choisit. D’ailleurs elle serait parfaite pour les fêtes de fin d’année vous ne trouvez pas ?

Ma version, je l’ai voulu noire pour une soirée chic. Mine de rien, on n’a jamais assez de petites robes noires dans sa garde robe ^^

Je l’ai réalisée en 38 mais je pense que j’aurai dû garder le 38 pour le bas et couper le haut en 36. En effet, j’ai du resserrer un peu plus l’élastique au niveau du dos car sinon ma taille n’était pas assez marquée et la robe paraissait trop tombante sur le haut dévoilant un maxi décolleté. En dehors de cela, je n’ai réalisé aucune modification sur la longueur des manches et de la jupe.

 

Le matériel nécessaire :

  • 1m80 de tissu pour 1m40 de laize
  • 90cm d’élastique de 7mm de large
  • Du thermocollant

Les techniques utilisées :

  • Les plis
  • Les poches à rabat
  • Les manches
  • Le thermocollant 
  • La pose d’un élastique 

 

Les techniques utilisées ne sont pas très difficiles en soi mais mieux vaut avoir acquis les bases en couture avant de se lancer car Belleville regorge de détails qui nécessitent un peu de temps de réalisation. Dans tous les cas, vous pouvez compter sur le livret d’explication, qui comme toujours est très clair et précis. Il vous accompagne à chaque étape de couture et vous permet des surmonter les techniques plus difficiles.

 

 

LE CHOIX DU TISSU


 

Cette version de Belleville, je l’ai voulue sobre et chic pour convenir à tous types d’occasions. Alors quoi de mieux qu’une version noire, l’ultra basique de nos dressings ?

Pour cela, j’ai choisi un crêpe, acheté lors d’un de mes séjours à New York, contenant de l’élasthanne pour un maximum de confort. Il est assez lourd, garantissant ainsi un joli tombé à la robe et éviter qu’elle ne soit transparente.

Je pense que pour réaliser Belleville, mieux vaut se diriger vers un tissu alliant fluidité et tenue pour bien marquer les plis et les poches à rabat mais en ayant l’effet drapé voulu par le patron.

 

Je vous souhaite à toutes un bon courage pour cette fin de semaine !

signature-cousette-cherie

cousette-cherie-robe-belleville-1

cousette-cherie-robe-belleville-1

cousette-cherie-robe-belleville-1

cousette-cherie-robe-belleville-1

cousette-cherie-robe-belleville-1

 

A VOUS DE JOUER


 

Ces dernières semaines, j’ai comme fait une fixation sur les blouses d’automne laissant quelque peu de côté ma passion pour les robes. Enfin, cela n’a pas vraiment duré longtemps ^^

robe-vogue-cousettecherie

robe-vogue-cousettecherie

robe-vogue-cousettecherie

Il a suffit que Louis Antoinette dévoile sa nouvelle collection et plus particulièrement la robe vogue pour me faire succomber. Ni une ni deux, le tissu était trouvé et acheté pour une robe « so preppy ». C’est chez Cousette que j’ai craqué avec ce lainage fin gris à pois sur lequel je louchais depuis plusieurs semaines.

Ce tissu, je l’ADORE!!! Non sans rire, il est parfait et répond à tout ce que j’aime. Très agréable à coudre et à porter, il me tiendra chaud lorsque qu’il fera plus froid et cela veut dire que je pourrais porter ma robe tout l’hiver. Son imprimé petits pois, combiné à là flanelle sont parfait pour un look résolument « preppy » comme je l’aime. J’aime tellement ce tissu, que je suis vraiment à deux doigts de l’acheter en noir et en marine. Comment ça je suis addict ^^

La nouvelle collection Louis Antoinette je l’avais observé de loin. Mais en venant plus près, je me suis aperçue qu’il existait un trésor : la robe Vogue. Tout me plaît chez elle, les empiècements devant avec le détail des poches, les petits plis sur les manches… Et comme d’habitude tout est bien placé et tombe à la perfection. Les finitions sont aussi parfaites.

Pour la réalisation, la robe demande un peu de temps, une bonne après midi je pense. On s’occupe d’abord des détails avec les plis poches la création de l’empiècement du devant. Ensuite, je me suis attaquée au dos avec ses pinces et son empiècements puis j’ai assemblé les deux parties. On vient fixer le zip invisible puis la parementure pour avoir une jolie finition au niveau du col. Pour ma part, j’ai réalisé une petite surpiqure à ce niveau, car je n’aime pas quand ma parementure ressort. Et pour finir, je me suis occupée des manches avec ses pinces.

En soit, il n’y a pas de grande difficulté pour cette robe, mais elle demande de la minutie. Il ne faut donc pas hésiter à prendre son temps pour réaliser certaines étapes, notamment celles concernant le devant de la robe.

robe-vogue-cousettecherie

robe-vogue-cousettecherie

robe-vogue-cousettecherie

Et vous, quel sera votre patron de robe fétiche pour cet hiver ?

signature-cousette-cherie

Vous aviez le sentiment que j’en avais enfin fini avec toutes ces robes ? Mais il n’en est rien, il m’en restait une petite dernière pour fêter la fin de l’été. Bien sûr, il s’agit d’une pause assez brève, juste le temps de jeter mon dévolu sur des modèles et des tissus plus « automne-hiver » ^^.

robe-plume-ccousettecherie-louisantoinetteparis6

robe-plume-ccousettecherie-louisantoinetteparis6

Cette fois, j’ai jeté mon dévolu sur la robe Plume de Louis Antoinette Paris pour laquelle j’ai craqué dès sa sortie. Tout dans cette robe m’a plu, sa ceinture passepoilée sur des côtés froncés, le pli et les coutures des épaules, son décolleté en V si féminin. Cette robe estivale doit être réalisée dans un tissu léger pour être légère comme une plume. Ni trop courte, ni trop moulante, on se sent jolie en la mettant tout en résistant à la chaleur. Les créateurs vous propose deux versions, pour satisfaire toutes les morphologies, ceinturée ou non.

En ce qui me concerne, j’ai choisi un tencel couleur Aigue-marine disponible chez Magasin Tissus. Je dois vous avouer que ce n’est pas vraiment le genre de couleur que j’ai l’habitude de porter mais je l’ai tout de suite vu pour cette robe, avec une ceinture relevée d’un passepoil doré. Le tissu est vraiment super agréable à coudre, il ne glisse pas et ne s’effiloche pas trop. Mais ce que j’aime le plus c’est qu’il est vraiment top à porter car vraiment léger et doux au toucher. Comme une intuition, une fois terminée je suis tombée sous le charme de ma robe, totalement conquise par cette association ^^

La robe est assez simple à réaliser mais demande du temps surtout si on choisit l’option avec ceinture. Simple à réaliser ? Enfin jusqu’aux épaules car à cette étape j’ai connu un réel flou artistique… J’ai eu beau relire et relire les explications aucunes illuminations ne m’est venue. J’ai un peu regardé les avis de chacune sur Instagram ou les différents blog mais je n’ai pas réussi à trouver de solution à ce vide couturesque ^^ Finalement, je l’ai fait à ma sauce. Même si le résultat n’est pas à la hauteur de mes espérances mais mes épaules tombent correctement.

robe-plume-ccousettecherie-louisantoinetteparis6

robe-plume-ccousettecherie-louisantoinetteparis6

robe-plume-ccousettecherie-louisantoinetteparis6

robe-plume-ccousettecherie-louisantoinetteparis6

Allez je laisse profiter ma Plume du soleil Maltais 😉

signature-cousette-cherie

Lorsque que Floriane de Louis Antoinette nous a proposé de tester, chacune, un patron de leur collection hiver, j’ai tout de suite flashé sur le short Mendoza. Mais je dois tout de même vous avouer que, généralement, je ne suis pas une grande fan de short. Même en été et en vacances, je n’en porte pas (bon je dois quand même en avoir un en jean dans mon dressing ^^). Je préfère porter des jupes ou des robes qui, je trouve, mettent plus facilement en valeur une silhouette. Mais voilà, ce coup de cœur fait parti de ceux qui ne s’expliquent pas, pour lequel on a directement un flash sur la matière que l’on veut, sur le style que l’on souhaite obtenir.

IMGP8474

IMGP8474

A plusieurs reprises sur Pinterest, j’avais pu voir des looks très sympa avec un short en cuir, des collants originaux et des derbies. Le tout pour un style résolument preppy, comme je l’aime. Du coup, je n’avais plus qu’une envie, en avoir un et faire la même chose !

 

Mais voila, j’ai eu quelques difficultés à trouver le bon simili… Je ne pensais vraiment pas que cela serait si difficile mais dans les boutiques qui en proposaient, ils étaient soit trop souples soit trop rigides ou dans des coloris improbables. Julie m’avait conseillé de l’acheter sur internet vu que le choix est plus large et que elle-même l’avait déjà fait sans être déçue. Mais j’avais tellement peur de me tromper ou d’être déçue que je n’ai pas osé et pourtant je n’hésite jamais pour d’autres matières. 

C’est finalement, lors de mes vacances en familles à Nancy, et un petit toujours chez Mondial Tissus pour les soldes (où j’ai d’ailleurs déniché d’autres merveilles ^^) que j’ai trouvé mon bonheur. Un simili cuir, gris ardoise, ni trop fin, ni trop épais et donc avec le parfait tombé. 

C’est la première fois que j’utilisais ce type de matière et je dois avouer que la peur que je pouvais avoir, a entièrement disparu. Dès lors que l’on dispose du bon matériel, tout se passe parfaitement. J’ai donc fait un petit tour à la boutique Pfaff, rue Rivoli, pour acheter les aiguilles spéciales. Emprunté la technique de Julie avec ses pinces pour maintenir les tissus ensemble lors de la couture. Repris mes poids pour éviter d’épingler le patron au tissu lors de la coupe.

Ce qui est top avec le simili, c’est qu’il ne s’effiloche pas, donc pas de surfilage à prévoir. De même, il n’y a pas de sens, c’est à dire pas de droit-fil. Du coup, on coupe comme on veut, ce qui est parfait lorsqu’il ne nous reste à beaucoup de tissu. Le seul inconvénient que je peux relever, c’est qu’il est difficile de marquer le couture. Toute d’abord, l’usage d’un autre tissu est impératif car le simili colle au contact du fer à repasser. Ainsi, il est indispensable de procéder à des surpiqures pour bien fixer certains endroits. Pour le short, je l’ai fait pour les ouvertures de poches et la ceinture.

Au niveau de la réalisation, je n’ai pas rencontré de gros problème car comme Julie vous l’avez dans son article de la combinaison Petra, les explications du livrets sont très détaillées et très faciles à comprendre. Ce que j’ai adoré, c’est l’estimation du temps pour la réalisation du short, 5h, et franchement le calcul est vraiment juste. Pour ma part, j’ai mis beaucoup moins de temps car je n’avais pas besoin de surfiler et que je n’ai pas réalisé ni l’ourlet, ni les passants.

La seule modification que j’ai faite est une reprise au niveau de la taille. Et oui, j’oscille entre deux tailles pour les hanches et la taille, du coup, je dois régulièrement reprendre les bas que je réalise.

IMGP8474

IMGP8474

IMGP8474

IMGP8474

Et vous, allez-vous céder à la tentation du short en hiver ?

signature-cousette-cherie