Quel plaisir de vous retrouver aujourd’hui et de vous dévoiler ma vision de la robe parfaite à porter en hiver pour aller travailler.

J’ai longuement hésité sur le patron et l’esprit que je souhaitais donner à cette robe. Il faut dire que le choix est large en termes de patron. Le bon tissu étant plus difficile à trouver à mon avis.

Finalement je suis retournée aux basiques avec une robe cousue il y a bien longtemps, la robe Malo de Anne Kerdilès Couture dans un lainage paillettes de chez Les Coupons de Saint Pierre. Mais, vous allez voir, je lui ai ajouté quelques petits détails ^^

 

cousette-cherie-robe-malo-2

 

LE CHOIX DU TISSU


 

Alala, j’ai galéré à trouver le tissu parfait ! En fait, le choix de mon patron a été conditionné au choix de mon tissu. Je ne voulais pas acheter un nouveau mais piocher dans mon stock de tissu déjà bien conséquent… J’avais bien un joli crêpe de laine noir mais pour la robe que j’avais en tête, il me fallait une mousseline à pois noire que je ne trouve nul part (d’ailleurs si vous en voyez je suis preneuse !! ^^).

C’est finalement vers ce lainage tissé noir que je me suis tournée, partant ainsi vers un tout autre modèle et un tout autre esprit pour ma robe. Il provient des Coupons de Saint Pierre acheté lors de la foire aux coupons de l’année dernière. J’avais tout de suite craqué sur sa ressemblance avec un tweed et son côté noir cassé par la touche de lurex.

Le lainage est fin mais pas forcément très souple. Du coup, il ne pouvait pas convenir à une robe à pli ou patineuse, au risque d’avoir beaucoup de volume. Je me suis donc dirigée vers une forme plus droite et il tombe parfaitement.

Vu qu’il s’agit d’un lainage, j’ai choisi de doubler ma robe afin d’éviter qu’il ne finisse par se déformer. Je ne l’ai pas passé au lavage car je mettrais systématiquement ma robe au pressing pour éviter les mauvaises surprises.

A coudre, aucune difficulté, il ne s’effiloche pas et son épaisseur permet qu’il glisse facilement.

 

Les + :

  • Facile à coudre, ne s’effiloche pas
  • Un aspect tweed rehaussé d’une touche lurex

Les – :

  • Un tissu un peu raide, il faut bien choisir la forme de la robe

 

cousette-cherie-robe-malo-5

LE PATRON MALO


Comme je vous le disais, j’ai longuement hésité sur le modèle de ma robe car je voulais choisir un tissu de mon stock. Une fois mon choix fait vers ce lainage, je savais qu’il me fallait un patron de robe à la forme plutôt droite. Très vite, l’idée d’une robe un peu « preppy » m’est venue à l’esprit, pile dans ma personnalité mais tout autant adaptée au monde professionnel.

J’ai donc commencé à chercher un patron assez simple auquel j’allais pouvoir ajouter de nouveaux détails. La robe Malo d’Anne Kerdilès Couture m’est revenue à l’esprit, me rappelant combien elle était simple à coudre et pouvait faire l’objet de quelques ajouts. Je l’avais cousu plusieurs fois lors de sa sortie car elle est vraiment simple et rapide à coudre. Sa forme droite permet de l’adapter et de la porter en toutes occasions.

Pour ma robe, je suis venue retravailler l’encolure afin qu’elle soit plus arrondie et ras du cou. En effet, j’avais pour idée de lui ajouter un col Claudine. Pour cela, j’ai ajouté 2cm aux niveaux des épaules et remonté d’ 1cm l’encolure devant et dos.

J’avais un peu peur de l’absence de pinces poitrine mais l’épaisseur du tissu permet de structurer la silhouette. Au niveau de la taille, je l’avais toujours cousu en 38 mais dans des matières plus fines. Cette fois, j’ai conservé le 38 en haut mais coupé un 40 en bas. Au final, c’est parfait car je ne me sens pas serrée en marchant. Par contre, avec un tissu épais et en retravaillant l’encolure, je n’avais pas d’autre choix que d’ajouter un zip invisible dans le dos. Du coup, je n’ai pas coupé la pièce de dos dans le pli.

Pour mes détails, j’ai donc choisi d’ajouter un col Claudine et une bande contrastante sur les bas de manches. J’avais vraiment envie de quelque chose qui tranche avec le noir du tissu, et quoi de mieux qu’un côté black and white ^^. Il me restait une chute de tissu écru en coton de satin parfait pour réaliser ces deux éléments.

Pour la bande contrastante, j’ai mesuré la largeur du bas de manche, ajoutez 2 cm pour les marges de couture pour obtenir la longueur et j’ai coupé 4cm pour la largeur. Ensuite je suis venue former l’ourlet et je l’ai cousu en y insérant la bande contrastante.

Pour le col, je me suis servi du patron du pied de col et du col arrondi du patron Vitamine d’Ivanne S. Pour cela, j’ai allongé le pied de col de 3 cm au pli afin qu’il s’approche le plus possible des bords de mon zip au dos de la robe. Pour le col, j’aurai du écouter ma première idée et le couper plus large afin qui retombe un peu plus sur le tissu noir. Vous allez sûrement me demander pourquoi avoir ajouter un pied de col ^^ En fait, j’avais envie que visuellement il partent de plus haut que l’encolure pour qu’il retombe et non s’étale… Je ne sais pas si vous voyez ce que je veux dire mais je ne vois pas comment vous l’expliquer autrement ^^

Pour terminer ma robe, j’ai créé de fausses poches en venant coudre des rabats de poche entre la taille et les hanches.

 

Le matériel nécessaire :

  • 1m70 de tissu en 1m40 de laize
  • 50 cm de tissu pour le col et les bandes contrastantes
  • 1 zip invisible de 60cm

Les techniques utilisées :

  • Réaliser un col claudine

 

Cette robe est largement accessible aux débutantes car même le montage des manches est simple. Si comme moi vous souhaitez ajouter des détails, les poches et les bandes contrastante sont largement accessibles. Pour le col, il faudra un peu plus de dextérité mais vous pouvez aussi faire sans.

Je suis franchement ravie de ma robe. Je pense avoir réussi à allier un élément de ma personnalité et la partie professionnelle. Le maitre mot de ce thème du mois est « être professionnelle tout en gardant sa personnalité pour ne pas se sentir déguisée » ^^.

J’espère que ce second volet du Working Girl Project sur le thème des robes vous aura plu. En tout cas, merci beaucoup à toutes celles qui m’ont aidé avec leurs conseils et partages!

Je peux dore et déjà vous annoncer que nous allons parler des vestes courts au mois de mars ^^

signature-cousette-cherie

cousette-cherie-robe-malo-5

cousette-cherie-robe-malo-5

cousette-cherie-robe-malo-5

 

A VOUS DE JOUER


 

 

 

 

Après mon article de samedi et mes sélections concernant les manteaux, je vous dévoile aujourd’hui ma cousette pour le Working Girl Project. J’ai choisi le patron Magnésium d’Ivanne S parfaitement ajusté au niveau des épaules, cousu dans ce lainage gris chevron des Coupons de Saint Pierre.

 

cousette-cherie-manteau-magnesium-1

 

LE CHOIX DU TISSU


 

Ce lainage, cela fait 2 ans qu’il attend patiemment que je le couse et que je trouve le patron parfait. Je l’avais déniché lors d’une visite aux Coupons de Saint Pierre. Je ne vous parle pas de la boutique à Montmartre mais des coulisses, là où tous les tissus arrivent avant d’être coupé en coupon de 3m. Une vraie caverne d’Ali Baba où se côtoient des tissus de tous les styles, toutes les matières… Quand on s’y rend, on a du mal à en repartir ^^

Pour en revenir à mon lainage, il s’agit d’un 100% laine de couleur gris moyen et avec un tissage chevron qui lui donne l’impression d’être gris chiné. J’avais tout de suite aimé ce tissu car il changeait totalement des couleurs que j’avais pour mes autres manteaux tout en restant dans les tons que j’ai l’habitude de porter en hiver.

Il est assez facile à coudre même s’il a tendance à s’effilocher un peu. Ensuite, j’ai été surprise de voir qu’il marquait très bien au fer et cela sans pattemouille. Ainsi, les coutures ont parfaitement été aplaties, le col et la parementure ont pris facilement leur forme. J’ai tout de même réalisé une surpiqure tout le long car je trouve cela plus esthétique pour un manteau.

Par contre, je ne sais pas pourquoi mais je le pensais plus épais. Du coup, il est un peu mou alors que je préfère des lainages avec plus de tenue et il me tient moins chaud que prévu. Ma doudoune est donc un indispensable en dessous ^^

En doublure, j’ai choisi une microfibre en polyester noire parfaite car elle glisse pile comme il faut pour un manteau. Elle est fine et de se froisse pas. Sa belle qualité pourrait aussi permettre de coudre une jolie blouse.

En dehors de cela, je suis fan du rendu du gris chiné qui change de mon manteau noir.

 

Les + :

  • Son gris moyen à chevron
  • Sa facilité à marquer les coutures

Les – :

  • S’effiloche un peu
  • Un peu trop fin

 

cousette-cherie-manteau-magnesium-1

cousette-cherie-manteau-magnesium-1

 

LE PATRON MAGNÉSIUM


 

Pour mon manteau d’hiver, j’ai choisi le patron Magnésium d’Ivanne S. Je dois vous avouer que la sortie de ce patron fut un soulagement. Je désespérais de trouver un patron avec des épaules non tombantes et Ivanne est venue résoudre ce problème. Il est sorti l’hiver dernier mais je n’avais pas eu le temps de le coudre avant le printemps mais cet hiver, impossible d’y échapper.

C’est toujours une histoire de dingue avec les patrons d’Ivanne S car ils permettent une infinie de versions réunies dans un seul achat. Une fois encore en achetant le pack complet, vous pouvez jouer avec plein d’éléments différents pour arriver à la pièce de vos rêves. Avec le pack de base, vous obtiendrez un manteau à la coupe droite, disponible en 3 longueurs, 2 option de boutonnage, 2 types de col…. Avec les compléments, vous pourrez ajouter un zip, découvrir d’autre options de col, ajouter une capuche, donner un esprit trench, et encore plein d’autres possibilités.

En ce qui me concerne, j’achète toujours le pack complet pour avoir toutes les options. Je débute avec une version simple, puis j’évolue en ajoutant des détails à chaque cousette.

Pour cette première version, j’ai choisi un col tailleur avec un double boutonnage. J’ai longuement hésité avec les poches. Au départ, j’étais partie avec des poches passepoilées mais je n’en suis pas fan sur mon caban noir du commerce. Ensuite j’ai envisagé des poches rabattues mais le fait qu’elles soient droites sur le devant fait que je ne les utilise jamais. Au final, j’ai choisi des poches sur le côté et cachées dans la couture. Et, je n’en suis pas satisfaite… Déjà car je les trouve trop basse alors que j’ai les bras long. Ensuite, car j’ai l’impression qu’il manque quelque chose à mon manteau. Je pense que les poches paysannes aurait été la bonne solution !

 

Le matériel nécessaire :

  • 2m50 de lainage en 1m40 de laize
  • 1m50 de tissu doublure en 1m40 de laire
  • 6 boutons en 18/20mm de diamètre

Les techniques utilisées :

  • Montage des manches
  • Réalisation de pinces poitrine
  • Montage d’un col
  • Montage d’une doublure

 

J’ai cousu mon magnésium en taille 38. Je trouve qu’il tombe bien au niveau des épaules, d’autant plus que je le porte toujours avec une doudoune ou une veste en dessous. Par contre, il est peu être un peu large sur le bas. Depuis les photos, j’ai déplacé les boutons de quelques centimètres pour resserrer le croisé.

En parlant de boutons, les miens viennent de la boutique Dam Boutons située à Montmartre. Cette boutique est magique, avec un choix incroyable. Le plus impressionnant vient du propriétaire, il connait tous ses boutons ! Avec un simple échantillon de tissu, il vous trouve le bouton parfait. Véridique, il m’en a sélectionné 3, tous parfaits avec mon lainage.

 

J’espère que ce premier volet du Working Girl Project sur le thème des manteaux vous aura plu. En tout cas, merci beaucoup pour tous vos gentils mots !

Je peux dore et déjà vous annoncer que le second volet sera sur les robes en hiver ^^

 

Alors à vos suggestions !

signature-cousette-cherie

cousette-cherie-manteau-magnesium-1

 

cousette-cherie-manteau-magnesium-5

cousette-cherie-manteau-magnesium-7

 

A VOUS DE JOUER


 

 

 

Et voilà, il s’agit de ma dernière cousette prise en photo durant notre road-trip dans l’ouest américain. Je dois vous avouer que je suis un peu nostalgique, chaque article m’a permis d’avoir l’impression d’y retourner un peu et de revoir ces magnifiques paysages. Mais pour le consoler, je suis en train de rédiger l’article sur le road-trip en lui-même ^^ Je le veux très complet donc cela me prend pas mal de temps. Promis, je fais vite !

Pour clôturer ce superbe voyage, j’ai choisi le patron qui m’avait fait abandonner toutes mes cousettes en cours l’été dernier, le top Dénia de Pauline Alice. Et cette fois, je l’ai eu dans la version que j’espérais dès le départ, en seersuckers bleu ciel. Celui-ci vient des Coupons de Saint Pierre, le sublime tissu avec une touche lurex qui nous a toutes fait craquer au printemps ^^

 

cousette-cherie-top-denia-V2-3

 

LE CHOIX DU TISSU


 

Lors de la sortie du top Dénia, c’est sa version de présentation en seersucker bleu ciel qui m’a fait craquer. Mais à ce moment là, j’avais eu tellement envie de partir en vacance avec mon Dénia que je n’ai eu le temps de trouver mon tissu. J’avais donc misé pour ma première version sur un polyester rayé des Coupons de Saint Pierre tout comme pour mon seersucker du jour.

Ce n’est pas la première fois que ce tissu passe sous mon pied presseur. J’avais déjà eu l’occasion de le découvrir avec mon top Bloom de la dernière collection Dessine moi un Patron. Aujourd’hui encore, je reste sur ma position. Ce tissu est vraiment top, facile à coudre et agréable à porter.

Cependant, avec le temps, je me suis rendue compte qui se froissait plus vite que ce dont j’avais imaginé. Avec Bloom cela se voit moins car il est assez près du corps. Mais avec Dénia et son ampleur, les plis marquent plus rapidement. Ce n’est pas une catastrophe non plus ^^

Je vous disais dans mon premier article que je regrettais de ne pas avoir acheté les autres couleurs. Et bien maintenant, je pleure car je le regrette vraiment… Et oui, les seersuckers lurex ont été victimes de leur succès. Je ne sais pas si un réassort sera possible car apparemment le fournisseur est en rupture. Bref, je me demande ce qui m’est passé par la tête. C’est ça d’avoir voulu être raisonnable ^^

 

 

LE PATRON DENIA


 

Le top Dénia avait été un de mes coups de coeur du printemps dernier. Il était sorti juste avant nos vacances en Floride et je m’étais tout de suite vu le porter sur un short (ce que j’avais fait bien sur ^^). Tous ses détails m’ont plu, ses manches à revers, son dos boutonné et son noeud sur le devant. Il ne m’a pas quitté de l’été 2017 et je prends plaisir à le porter cette année.

Mais ma première version est concurrencée par celle en seersucker, celle que je voulais depuis le départ. Ce top de Pauline Alice est tellement simple à coudre. Oui oui, contrairement à ce que tous ces détails laissent penser, il est vraiment accessible. Sa seule difficulté sera dans le dos boutonné mais le livret est vraiment clair et permet d’avancer sans appréhension. J’ai aussi retiré la parementure pour la remplacer par un biais de propreté le long de l’encolure.

Tout comme ma première version, je l’ai cousu en 36 histoire de casser l’ampleur du top. Par contre, je me demande si je n’aurais pas dû le rallonger un peu. Sur les photos, je le trouve un peu court… Après ça vient peut être de moi ^^

 

Le matériel nécessaire :

  • 1m50 de tissu en 1m40 de laize
  • 8 boutons de 10-12 mm

Les techniques utilisées :

  • Les manches revers
  • La patte de boutonnage
  • Les boutonnières

 

Très sincèrement, je pense que Dénia est vraiment accessible à des débutantes intermédiaires, c’est à dire ayant quelque cousette à leur actif sans pour autant maitriser toutes les techniques. Les coutures principales sont droites, il s’agit surtout d’assemblage. Dénia peut permettre de réaliser son premier boutonnage,  d’autant plus que la technique utilisée est simple à réaliser.

 

Bon vivement les prochaines photos vacances ^^ Le prochain voyage est déjà choisi et les billets d’avion réservés, j’ai tellement hâte de vous en dire un peu plus car c’est un voyage donc je rêve depuis 15 ans. Tout ce que je peux vous dire c’est que laines et tissus colorés seront au rendez-vous ^^ Vous avez une idée ?

 

Bon courage pour la fin de semaine, c’est bientôt le week-end ^^

signature-cousette-cherie

cousette-cherie-top-denia-V2-9

cousette-cherie-top-denia-V2-9

cousette-cherie-top-denia-V2-9

cousette-cherie-top-denia-V2-9

cousette-cherie-top-denia-V2-9

 

A VOUS DE JOUER


 

 

 

 

Je suis ravie de vous retrouver cette semaine et j’espère que vous allez bien. J’ai découvert un nouveau pouvoir au blog !! En retouchant mes photos, j’ai comme le sentiment de partir à nouveau en vacances et je me remémore ces lieux incroyables et ces moments inoubliables.

Aujourd’hui, on prend la direction du parc de Bryce Canyon, l’un de mes préférés, avec ses cheminées de pierre qui sortent de terre, aux couleurs flamboyantes. J’ai choisi ce lieu pour ma blouse Paule d’Anna Rose Pattern en broderie blanche des Coupons de Saint Pierre.

 

cousette-cherie-blouse-paule-1

 

LE CHOIX DU TISSU


 

L’été dernier, j’avais beaucoup aimé voir toutes les cousettes avec de belles broderies anglaises. Mais j’avoue que j’en ai pas cousu, ni même acheté… Cette année, j’ai eu envie de me rattraper et cela commence avec ma blouse Paule dans cette broderie des Coupons de Saint Pierre.

Ce que j’aime avec la broderie anglaise, c’est qu’elle peut être portée sans débardeur en dessous pour un joli jeu de transparence sans vulgarité. Bon ok, j’adore cet effet mais la plupart du temps je ne l’assume pas… Du coup, j’ai tendance à ajouter le débardeur ^^

Pour Paule, j’ai choisi cette broderie à l’esprit fleur, qui n’est plus disponible sur le site mais je suis certaines que les autres vous plairont tout autant car elles sont sublimes ^^

Je redoutais la couture de la broderie anglaise à cause des variations d’épaisseurs lié au relief du tissu. J’avoue que si l’on va trop vite, on peut facilement avoir la sensation que la machine à coudre va exploser ^^ Mais en y allant doucement, cela se passe plutôt bien, sans hurlement de la machine ^^

Le tissu est au quotidien très agréable à porter car il s’agit de 100% coton mais pas trop épais pour pouvoir respirer. De même, il ne se froisse pas facilement. Si si je vous l’assure, j’ai porter ma blouse toute la matinée sous un pull avant de faire les photos et finalement aucune (enfin j’ai l’impression ^^) trace de pli !

 

cousette-cherie-blouse-paule-1

cousette-cherie-blouse-paule-1

 

LE PATRON PAULE


Cela fait quelques semaines maintenant que ma blouse Paule était cousue. Je devais même vous la dévoiler avant mon départ mais le temps tout gris moche a eu raison de moi. J’ai donc préféré attendre et lui trouver un lieu parfait pour lui rendre justice.

Depuis quelque temps, ça s’active du côté de Maud qui nous a dévoilé pas mal de nouveaux patrons ces dernières semaines dont une magnifique collection il y a peu. Je suis une grande fan de son travail et de ses créations féminines au détail qui rendent son modèle unique. J’ai craqué pour le top Penny trop craquant avec ses volants. J’espère le coudre rapidement pour en profiter cet été.

Mais revenant en au sujet du jour, la blouse Paule sortie courant avril. J’ai tout de suite aimé sa coupe légèrement cintrée mais avec des détails qui changent tout. Un boutonnage ou non sur le devant, 2 longueurs de manches que l’on peut marquer avec un empiècement arrondi et un col arrondi trop canon !
Bref vous l’aurez compris, c’est un patron mais avec un nombre incalculable de versions possibles ^^

En ce qui me concerne, j’ai choisi le boutonnage sur le devant (oui toutes mes dernières créations m’ont demandé de dégainer les boutonnières ^^), bien entendu le col arrondi, les manches courtes avec l’empiècement fendu et arrondi. J’ai cousu un 38 car je ne voulais pas être serrée. Sur la partie haute c’est parfait, les épaules ne sont pas tombantes. Par contre, sur le buste, je la trouvais un peu large pour moi… Je l’ai donc reprise d’1cm de chaque côté depuis mon retour de vacances (cela ne se voit donc pas sur les photos ^^). En dehors de cela, je n’ai fait aucune modification.

La broderie anglaise ayant de la tenue, je n’ai pas eu besoin de thermocoller le bol ou la patte de boutonnage.

 

Le matériel nécessaire :

  • 1m50 de tissu pour 1m40 de laize
  • 6-7 boutons de 10 ou 12mm de diamètre

Les techniques utilisées :

  • Le montage d’un col
  • Les pinces poitrines
  • La patte de boutonnage et les boutonnières

Après réalisation de ma version de Paule, je la pense adaptée à un niveau intermédiaire de couture car mine de rien, il y a quelques détails techniques même  s’ils sont faciles à surmonter.

Amies couturières, sachez que Paule est aussi possible en version jersey, tissu extensible !!! Alors à vos machines ^^

 

Je vous souhaite une belle fin de semaine !!

 

signature-cousette-cherie

 

cousette-cherie-blouse-paule-1

cousette-cherie-blouse-paule-1

cousette-cherie-blouse-paule-1

cousette-cherie-blouse-paule-1

 

A VOUS DE JOUER


 

 

 

Alala je suis ravie de vous retrouver cette semaine pour vous parler de la nouvelle collection de Dessine moi un patron. Elle est tout simplement canon!!! Oui oui encore plus que d’habitude ^^ 

On commence avec le Top bloom dans le superbe seersuckers lurex des Coupons de Saint Pierre. 

 

cousette-cherie-top-bloom-1

 

LE PATRON BLOOM


 

Une nouvelle fois j’ai eu la chance de faire partie de la team de choc pour tester la nouvelle collection d’Émilie. 

La nouvelle collection se compose de trois pièces et est placée sous le signe des robes et petits hauts avec Bloom et Leaf déclinables dans les deux versions. Et pour les soirées un peu fraîches, Émilie a pensé à une petite veste, Cherry. 

J’ai complètement craqué pour Bloom et Leaf. Deux modèles que je me suis tout de suite vue porter  cet été. 

Leaf arrive très vite sur le blog mais pour le moment place à Bloom !

Comme je vous le disais, Bloom est déclinable en robe mais aussi en petit haut. Il s’agit d’une pièce parfaite pour les beaux jours avec ses emmanchures devant festonnées et sa coupe à l’esprit chemise. Les courbes sont dessinées grâce à des pinces sur le devant et dans le dos. Le décolleté est profond pour dire que l’on est pas si sage ^^ Et dans le dos, surprise !!! un bavolet festonné !!! Contrairement à Rocaille, le bavolet n’a pas de pli creux, il est donc plus plaqué sur le dos. En version top, on le porte rentré dans son pantalon mais aussi noué sur un short pour une envie de vacances ^^

En ce qui me concerne, j’ai choisi la version top car les premiers versions cousues par Émilie me donnait vraiment envie de le porter sur mon short cet été ^^ J’adore les festons, alors forcément Bloom allait devenir un chouchou !! Je l’ai cousu en 38 mais selon la première version test, le décolleté est donc plus profond que celui que vous obtiendrez en achetant la version en boutique. C’est un choix voulu de ma part car je ne voulais vraiment pas d’un top sage ^^ Mis à part cela, tout est pareil que pour la version finale et je n’ai pas apporté de modification. Les pinces sont parfaitement placées et soulignent vraiment bien les courbes. Pour fermer mon Bloom, j’ai choisi de petits boutons blancs dénichés sur une brocantes.

 

Le matériel nécessaire :

  • 1m50 de tissu pour 1m40 de laize
  • Du thermocollant
  • 7 boutons de 11mm de diamètre

Les techniques utilisées :

  • Les pinces
  • Le festonnage
  • La patte de boutonnage et boutonnières

 

Pour réaliser Bloom, je pense qu’une couturière ayant déjà quelques réalisations à son actif peut facilement se lancer. Les techniques utilisées ne sont pas compliquées mais demande de la minutie notamment pour les festons. Pour le reste, si vous n’avez jamais monté de parementure et réalisé de pinces, Bloom vous permettra d’appréhender assez facilement ces techniques. Mine de rien, il faut bien se lancer ^^

 

cousette-cherie-top-bloom-5

cousette-cherie-top-bloom-7

 

LE CHOIX DU TISSU


 

Il y a quelques semaines, un vent de folie a déambulé sur les réseaux sociaux avec une sélection tissu de dingue chez les Coupons de saint Pierre, du seersuckers lurex. Alors comment vous dire que j’ai craqué, il m’était impossible de résister face à cette matière que j’adore et à la pointe de brillant. Et je crois que je ne suis pas la seule vu toutes les merveilleuses réalisation que j’ai pu voir sur Instagram. 

Il est disponible en plusieurs couleurs, et avec rayures fines ou plus épaisses. Bref, on a le choix pour craquer ^^

Ce tissu est une tuerie !! Il est fin sans être trop transparent et marque bien les pinces et plis. Il n’a pas l’air de beaucoup se froisser en le portant. Ce qui est parfait en été alors que l’on a pas le courage de sortir son fer à repasser. 

Le lurex apporte la touche supplémentaire et modernise un tissu assez classique à la base. 

La seule chose que je pourrais lui reprocher, c’est qu’il n’ai pas un touché coton. Ce qui peut lui donner un aspect synthétique qui pourrait un peu freiner l’achat.

En dehors de cela, je l’adore et je regrette vraiment de n’avoir craqué uniquement sur ce bleu ciel à fines rayures ^^

 

Alors que pensez-vous de cette nouvelle collection Dessine moi un Patron ? Vous avez craquer ?

 

Je vous retrouve la semaine prochaine pour parler de Leaf, mon autre coup de coeur ^^

 

signature-cousette-cherie

cousette-cherie-top-bloom-3

cousette-cherie-top-bloom-3

cousette-cherie-top-bloom-3

cousette-cherie-top-bloom-3

cousette-cherie-top-bloom-1

 

A VOUS DE JOUER


 

 

 

Cette cousette, cela fait plusieurs semaines maintenant que je l’ai cousu et qu’elle ne me quitte plus. Même si je dois vous avouer que la coudre ne fut pas de tout repos suite à de nombreuses étourderies de ma part. Il s’agit de la robe Elona en version blouse créée par Ikatee en collaboration avec la talentueuse Jolie Bobine.

 

cousette-cherie-blouse-elona-1

 

LE PATRON ELONA


 

Ikatee est une très jolie marque qui propose des patrons trop mignons pour les bébés et les enfants. Si j’en avais à moi, je pense que je serais une véritable addict tant j’aime leur univers, frais, enfantin et adorable tout en étant moderne. Ce qui est encore plus cool, c’est qu’Ikatee dispose aussi de sa boutique de tissu pour réaliser de jolies associations patron/tissu. Une alliance de belles matières et d’imprimés trop chou qui me fait fondre.

Forcément, je guettais très régulièrement l’arrivée de patron pour femme et cela est arrivé avec une collaboration de choc avec Julie de Jolie Bobine. C’est donc un patron duo Mère-fille qui a vu le jour et qui leur ressemble. Il s’agit de la robe Elona, également déclinable en blouse à la fois cosy avec son confort et féminine avec ses jolis détails, un double boutonnage et son petit volant. Déclinable à l’infini, Elona peut être réinterpréter à l’infini grâce à ses deux longueurs de robe, la possibilité d’une blouse, avec ou sans volant, un empiècement aux manches…

De mon côté, j’ai choisi de réaliser la version blouse mais un peu par dépit car je n’avais pas assez de mon tissu pour en faire une robe. Mais bon on va dire que ce n’est que partie remise ^^ J’ai choisi de couper une taille 36 mais je pense que le 38 aurait été plus confortable à porter même si cela n’est pas très dérangeant.

Par contre, comme je vous le disais au début de l’article, j’ai été une véritable étourdie pour cette cousette. Tout d’abord, j’ai tellement l’habitude de couper deux manches avec une pièce, qu’en la positionnant au pli j’avais également l’impression d’en couper deux. Mais ce n’était pas le cas… Me voila donc avec une seule manche mais plus assez de tissu… J’ai donc réussi à couper une seconde manche dans ma doublure devant mais en transformant celles-ci de long vers court. Ainsi, sans doublure, il me fallait trouver une solution. J’ai donc cousu un biais sur toute la longueur, du bord côté droit au bord côté gauche tout en passant par l’encolure. Je n’ai pas replié mon biais mais laissé plat pour pouvoir avoir l’épaisseur nécessaire à la boutonnière.

 

Le matériel nécessaire pour la blouse :

  • 1m80 de tissu pour 1m40 de laize
  • 8 boutons

Les techniques utilisées :

  • Les pinces poitrines
  • Les fronces
  • Les pattes de boutonnage et boutonnières
  • L’intégration d’un volant
  • Le montage de manches

 

Globalement, je dirais qu’Elona est adaptée à un niveau intermédiaire au regard des différentes techniques utilisées notamment la réalisation de pattes de boutonnage et des boutonnières. Le livret d’explication est clair et nous accompagne pour la réalisation de chaque version. A l’origine, la partie haute est entièrement doublée pour de belles finitions. J’ai hâte de me lancer dans ma seconde version pour voir le résultat original.

 

 

LE CHOIX DU TISSU


 

En découvrant le patron, le tissu m’est tout de suite apparu comme une évidence. Il s’agit de ce crêpe bleu marine à imprimé trèfles moutarde des Coupons de Saint Pierre et que j’avais déjà utilisé pour réaliser ma blouse Maya de Super Bison.

Ce tissu, je l’adore et je suis assez triste d’avoir terminé mon coupon car j’imaginais encore beaucoup de modèles de blouses avec. Je pense me rendre régulièrement dans la boutique de Montmartre en espérant le retrouver ou tout au moins un lui ressemblant ou dans le même esprit.

Il est parfait car épais et fluide comme il le faut pour réaliser une blouse ou une chemise. Ces qualités me font vraiment oublier le fait qu’il s’effiloche beaucoup.

 

Tout comme Maya, Elona ne me quitte plus et est parfaite pour se glisser sous un gros gilet en attendant le printemps.

 

Et vous, avez-vous un tissu fétiche que vous aimeriez à nouveau retrouver ?

 

Je vous souhaite un très bon week-end !

signature-cousette-cherie

cousette-cherie-blouse-elona-1

cousette-cherie-blouse-elona-1

cousette-cherie-blouse-elona-1

cousette-cherie-blouse-elona-1

cousette-cherie-blouse-elona-1

 

A VOUS DE JOUER