Ma cousette du jour est une histoire un peu folle qui me trottait dans la tête depuis quelque temps. Celle d'une veste dans une manière qui me faisait un peu peur et que je n'avais pas l'habitude de coudre : le simili cuir... J'en avais déjà cousu pour des accessoires ou un short mais le simili étant assez fin, l'expérience c'était plutôt bien passée. Mais cette fois, j'avais envie d'une belle pièce, au simili le plus proche possible du cuir (oui car je ne suis définitivement pas prête à me lancer dans du "vrai" cuir^^) et assez épais pour que ma veste ait de la tenue.  cousette cherie-veste-blossom-5 cousette cherie-veste-blossom-5 cousette cherie-veste-blossom-5

Lorsque la mercerie Frou-Frou nous a proposé de nous envoyer quelques échantillons de la nouvelle collection "Les étoffes" qui vous propose des coupons de 60x140 cm de lin, jersey, jean, simili cuir.... De mon côté, j'ai tout de suite voulu voir un aperçu de leur simili cuir. À sa réception, j'ai été agréablement surprise, un simili très proche du cuir, avec les reliefs et effets qu'il faut, épais mais souple. Bref, je n'avais plus d'excuse pour ne pas me lancer dans mon projet de veste. Le simili est disponible dans plusieurs coloris, notamment pastel avec du rose et bleu qui sont ultra jolis pour des cousettes d'été. Pour ma part, je suis restée ultra classique avec du noir car je voulais que ma pièce devienne intemporelle dans mon dressing. 

Forcément , ensuite est venue s'ajouter une difficulté, le choix de la forme et du patron pour la veste. Au départ, je pensais me tourner vers une forme perfecto mais finalement j'avais envie d'un teddy ou bomber moins rock et plus proche de mes envies quotidiennes. 

Je n'ai pas été très novatrice dans mon choix avec le Teddy Blossom de La Maison Victor. Julie m'en avait tellement fait de compliments avec son superbe rendu et sa réalisation ultra simple, que j'ai préféré rester sur cette valeur sûre, mon choix de tissu me mettant déjà bien assez à l'épreuve ^^

Il s'agit d'une veste assez simple dans sa forme et dans sa réalisation si on est déjà une couturière avancée. En effet, le modèle de base prévoit des poches à fermeture éclaire, et la pose d'une fermeture pour fermer la veste. De mon côté, j'ai apporté quelques modifications en préférant des poches paysannes, en doublant ma veste, en choisissant un col en simili mais en mettant du bord côte aux poignets et sur le bas.

Pour la doublure, j'ai simplement créé et découpé une parementure dos, découpé la pièce dos en ajoutant 2 cm pour le pli d'aisance et en enlevant l'espace de la parementure dos, découpé les pièces devants en enlevant la partie de la parementure. Ensuite, j'ai assemblé le tout comme pour l'extérieur puis j'ai cousu la doublure le long de la parementure. Pour un col en simili cuir et non en bord côte, prévoyez 2-3 cm en plus au moment de couper car il n'y a pas le côté extensible.

Mes petits conseils pour coudre du simili cuir :

  • Épinglez dans les marges de couture pour éviter les petits trous
  • Posez des poids pour poser votre patron et couper votre simili
  • Prévoir aiguilles et pieds presseur adaptés
  • Les similis froufrou sont doublés tissu vous pouvez donc les repasser sur cette face. Par contre, pour marquer les coutures ou la poche, j'ai pu repasser sur l'endroit à l'aide d'un chiffon et en baissant la température de mon fer. Pas de trace à l'horizon 
  • Augmentez la largeur de votre point de couture 
  • Faire attention que vos coupons aient la même nuance au moment de l'achat
cousette cherie-veste-blossom-5 ateliersvila-veste-blossom-1 cousette cherie-veste-blossom-5 signature-cousette-cherie
Youhou le soleil a été de retour quelques heures pour pouvoir prendre à nouveau des photos de cousettes !! La semaine dernière avait été perturbée par le temps ultra automnal qui me donnait juste envie de retourner en vacances ^^ Je ne sais pas vous, mais je commence à désespérer, j'ai simplement envie de cousette légères et printanières et avec cette pluie et froid, je suis obligée de me raisonner pour ne pas être frustrée en ne pouvant pas porter mes petites robes d'été. cousettecherie-jupe-gaelle-la-maison-victor-3 cousettecherie-jupe-gaelle-la-maison-victor-3 cousettecherie-jupe-gaelle-la-maison-victor-3 Aujourd'hui, je vais vous parler de ma dernière cousette, la jupe Gaëlle du magazine La Maison Victor de novembre-décembre 2016. J'avais craqué pour ce numéro, pour le pull Titus mais aussi pour cette jupe que je trouvais super mignonne. Mine de rien, c'est finalement assez rare que j'ai un coup de coeur pour une jupe, contrairement à une robe. C'est la version même du magazine qui m'avait au premier abord plu, avec son joli tissu lurex cuivré, parfaite pour les fêtes de fin d'année. A la base, j'avais prévu de la coudre assez rapidement, mais les projets ont fini par s'enchainer la mettant un peu de côté mais la rendant parfaite pour les beaux jours. Gaëlle, c'est une jupe portefeuille à l'esprit "tulipe" grâce à son jeu de plis et sa taille haute qui permettent d'épouser joliment les hanches. Il y a ainsi, un pli sur le côté gauche qui se positionne sur le dessous, deux plis sur le côté droit qui vient sur le devant et deux plis dans le dos. Les bords devant sont arrondis pour être encore plus dans la forme tulipe et la rendre mignonne tout en étant féminine. La jupe est assez simple à réaliser et je la conseille à des couturières débutantes car il n'y a pas de pose de fermeture éclair à prévoir grâce au côté portefeuille. Pour la réalisation, j'ai procédé différemment des explications du magazine :
  1. J'ai rallongé de 4-5cm la longueur de la jupe car je mesure 1m70. Pour cela, j'ai coupé mes pièces de patron horizontalement au droit-fil juste avant le début des arrondis puis j'ai repris la même hauteur pour le dos.
  2. J'ai choisi de ne pas utiliser les parementures des pièces devant mais de poser un biais pour former l'ourlet sur l'ensemble de la jupe. Ainsi, je n'ai pas eu besoin de rajouter les 3 cm de marge de couture pour l'ourlet du dos.
  3. On forme les plis puis on coud les côtés avant de poser le biais pour finir proprement le bas de la jupe. J'utilise souvent cette technique pour les cousettes avec des arrondis car je trouve que l'ourlet est plus simple à réaliser et surtout plus propre. On a moins le sentiment de roulottement. Après, il ne faut pas que le biais soit trop lourd, sinon le tissu risque de gondoler et de moins bien tomber.
  4. Pour terminer, on s'occupe de la ceinture. Ici, il s'agit d'une simple bande, thermocollée, que l'on plie en deux.
  5. Pour maintenir la jupe, les explications prévoient la pose de boutons pressions. De mon côté, j'ai choisi de coudre de simples boutons. J'ai donc réalisé deux boutonnières sur la partie intérieure de la ceinture pour éviter qu'elles ne soient visibles à l'extérieur.
Vu l'ensemble des plis et du volume créé, je voulais que cette jupe soit la plus simple possible. J'ai donc évité un tissu à motifs et choisi un crêpe bleu marine assez lourd. Il s'agit du même crêpe que celui que j'avais utilisé pour ma blouse Marshmallow et qui venait de l'Atelier de la Création. Il est vraiment parfait pour réaliser de jolies jupes car il est lourd mais apporte tout de même de la fluidité. On a donc une jupe avec un joli tombé et de beaux mouvements. Je suis fan de ma jupe Gaëlle, qui je sens qu'elle va m'accompagner tout l'été !! cousettecherie-jupe-gaelle-la-maison-victor-3 cousettecherie-jupe-gaelle-la-maison-victor-3 cousettecherie-jupe-gaelle-la-maison-victor-3 J'aimerais coudre d'autres jupes pour cet été, alors je suis à votre écoute si vous avez des idées d'autres patrons similaires ^^ Je vous souhaite une belle semaine ! signature-cousette-cherie
Jusqu'à aujourd'hui, je m'étais concentrée sur des cousettes féminines, des accessoires et de la déco. Les créations pour hommes ne m'inspiraient pas tant que ça, du coup je ne me suis jamais vraiment lancée. En voyant, le patron du pull Titus dans le dernier numéro de La Maison Victor, j'ai eu une soudaine envie de tenter cette nouvelle aventure et de la partager avec vous très rapidement.  pull-titus-cousettecherie pull-titus-cousettecherie

Ce pull m'a convaincu de me lancer d'autant plus que sa réalisation impliquait ma première expérience surjeteuse (sur ce sujet, je vous prépare un article très vite ^^). 

Pour affronter l'hiver et avoir bien chaud, j'ai choisi ce sweat molleton plutôt épais de chez Mondial Tissu, qui a la particularité d'être tissé comme un lainage sur sa partie extérieure. Comme ça, on a quand même un pull pas trop sportwear mais avec la chaleur d'un sweat. 

Pour la réalisation, je dois dire que je n'ai jamais cousu aussi vite. J'ai tout fait à la surjeteuse. Bon les débuts ont été difficiles (notamment avec la tension...) mais une fois le coup de main pris tout a été parfait. On assemble les épaules devant et dos, on vient coudre la tête de manche et pour finir on assemble le corps dans la continuité des manches. Le détail du pull Titus s'est son col remontant et croisé sur le devant car au final le reste est assez basique dans le montage. Du coup on prend un peu son temps pour le col, je dois vous avouer que cette partie a été faire à la machine car j'avais trop peur de me louper. Le magazine vous conseille de laisser l'aiguille plantée aux deux coins devant, mais j'ai fait le choix de faire un point d'arrêt pour pouvoir cranter puis mieux assembler le reste du col. Je trouve qu'avec cette technique, on a une meilleure maitrise de ce que l'on fait et permet ainsi d'avoir un col nickel.

Pour les bords de manches et bas du pull, j'ai choisi de réalise mes bandes dans le même tissu. A la base, il s'agit de poser du bord côte mais je n'arrivais pas à trouver un coloris qui correspondait et le noir tranchait un peu trop.

pull-titus-cousettecherie pull-titus-cousettecherie pull-titus-cousettecherie Alors que pensez-vous de cette première réalisation masculine ? signature-cousette-cherie

Définitivement, il n'y a rien de mieux que les basiques et les patrons incontournables pour bien commencer le printemps et remplir sa garde robe de nouvelles pièces.

J'avais eu un véritable coup de cœur pour le top Tilda de La Maison Victor lors de sa sortie l'année dernière et en faisant un point sur mes envies et besoins, il m'est tout de suite apparu comme essentiel d'en coudre un nouveau. 

IMGP9191 IMGP9191 Vous vous souvenez du coton lin gris de chez Les Coupons de Saint Pierre que j'avais utilisé pour la version de la robe Lola ? Il m'en restait suffisamment pour un top. Du coup, tout de suite je me suis souvenu de la version de la blouse Violette de Coussin du Singe et de ses jolies broderies sur les bords d'ourlet. 

Pour finir joliment mon Tilda, j'ai donc choisi de réaliser des petites fleurs dans un coloris gris -bleu qui se marie idéalement à mon tissu. Franchement, on oublie trop souvent d'utiliser nos points broderies de machines à coudre car en un rien de temps vous avez des finitions du tonner qui rendent unique votre création. 

Ma prochaine étape, en réaliser avec du fil métallique ;)

Bon pour la réalisation, comment vous dire qu'il n'y a rien à redire... La coupe est simple et donc les coutures aussi. Du coup, c'est grâce à autant de facilité que l'on peut se permettre toutes les fantaisies. J'ai donc décidé d'utiliser une chainette argenté pour créer le lien retenant le bouton.

La seule chose que je n'arrive jamais a retenir avec le Tilda, c'est de le rallonger de quelques centimètres. Du coup, il est peut être un poil court pour moi. Allez la troisième sera la bonne ^^

IMGP9163 IMGP9163 IMGP9163 IMGP9163 Et vous, quels sont vos basiques patron de votre garde-robe ? signature-cousette-cherie
Je dois vous avouer que cet article a un côté surprenant tant les looks dits "sportswear" ne sont pas dans mes habitudes. Je dois même vous dire que les seules paires de basket que je possède sont ma paire de running et ma paire de converse, souvenir de mon adolescence. Bien qu'elle puisse revêtir un caractère confort que beaucoup peuvent apprécier, je ne me sens pas forcément moi-même dans ce genre de tenue. Pourtant, en voyant le patron du gilet Thelma dans le dernier numéro du magazine de La Maison Victor, toutes mes certitudes se sont trouvées bousculées !! Gilet Thelma - La maison victor 1 Gilet Thelma - La maison victor 1 Ce gilet, pouvant être adapté en veste, est plein de jolis détails le rendant ainsi très féminin tout en gardant son esprit décontracté. J'ai tout de suite aimé son col remontant légèrement sur la nuque, ses manches sur le devant, son zip, ses manches raglans... Bref, tout m'a plu dans ce modèle. Bien que j'envisage d'adapter ce modèle en une version veste avec doublure, je voulais garder l'esprit gilet pour cette première réalisation. J'ai donc choisi un lainage tissé gris foncé de chez Bennytex, qui ressemble comme deux gouttes d'eau à celui utilisé pour illustré l'article dans le magazine. J'ai hésité à ganser mes surplus de couture vu que le tissu s'effilochait beaucoup, mais finalement un simple surfilage a été nécessaire. Et pour finir, un reste de ma viscose ivoire de chez Cousette pour les poches et un zip métallique argenté pour fermer joliment mon gilet ! Avec tous ces détails, la réalisation du gilet Thelma peut paraitre complexe au premier abord. Pour autant, les explications sont très claires et très bien illustrées, venant ainsi nous rassurer. On commence ainsi par assembler les poches et les différentes pièces de devant. Ensuite, à la pose du zip puis à l'assemblage des pièces du dos. Vient l'assemblage du devant et du dos pour terminer par la parmenture et les ourlets. Pour ma part, j'ai effectué une surpiqure le long du bord du zip pour à la fois maintenir la parmenture et maitriser les différentes épaisseurs de tissu. De même, j'ai fixé les poches à l'intérieur de cette parmenture, évitant ainsi qu'elles ne soient voyantes en mettant les mains dans les poches. Gilet Thelma - La maison victor 1 Gilet Thelma - La maison victor 1 Gilet Thelma - La maison victor 1 Gilet Thelma - La maison victor 1 Et vous, avez-vous succombé au charme du gilet Thelma ? signature-cousette-cherie