Youhou le soleil a été de retour quelques heures pour pouvoir prendre à nouveau des photos de cousettes !! La semaine dernière avait été perturbée par le temps ultra automnal qui me donnait juste envie de retourner en vacances ^^ Je ne sais pas vous, mais je commence à désespérer, j'ai simplement envie de cousette légères et printanières et avec cette pluie et froid, je suis obligée de me raisonner pour ne pas être frustrée en ne pouvant pas porter mes petites robes d'été. cousettecherie-jupe-gaelle-la-maison-victor-3 cousettecherie-jupe-gaelle-la-maison-victor-3 cousettecherie-jupe-gaelle-la-maison-victor-3 Aujourd'hui, je vais vous parler de ma dernière cousette, la jupe Gaëlle du magazine La Maison Victor de novembre-décembre 2016. J'avais craqué pour ce numéro, pour le pull Titus mais aussi pour cette jupe que je trouvais super mignonne. Mine de rien, c'est finalement assez rare que j'ai un coup de coeur pour une jupe, contrairement à une robe. C'est la version même du magazine qui m'avait au premier abord plu, avec son joli tissu lurex cuivré, parfaite pour les fêtes de fin d'année. A la base, j'avais prévu de la coudre assez rapidement, mais les projets ont fini par s'enchainer la mettant un peu de côté mais la rendant parfaite pour les beaux jours. Gaëlle, c'est une jupe portefeuille à l'esprit "tulipe" grâce à son jeu de plis et sa taille haute qui permettent d'épouser joliment les hanches. Il y a ainsi, un pli sur le côté gauche qui se positionne sur le dessous, deux plis sur le côté droit qui vient sur le devant et deux plis dans le dos. Les bords devant sont arrondis pour être encore plus dans la forme tulipe et la rendre mignonne tout en étant féminine. La jupe est assez simple à réaliser et je la conseille à des couturières débutantes car il n'y a pas de pose de fermeture éclair à prévoir grâce au côté portefeuille. Pour la réalisation, j'ai procédé différemment des explications du magazine :
  1. J'ai rallongé de 4-5cm la longueur de la jupe car je mesure 1m70. Pour cela, j'ai coupé mes pièces de patron horizontalement au droit-fil juste avant le début des arrondis puis j'ai repris la même hauteur pour le dos.
  2. J'ai choisi de ne pas utiliser les parementures des pièces devant mais de poser un biais pour former l'ourlet sur l'ensemble de la jupe. Ainsi, je n'ai pas eu besoin de rajouter les 3 cm de marge de couture pour l'ourlet du dos.
  3. On forme les plis puis on coud les côtés avant de poser le biais pour finir proprement le bas de la jupe. J'utilise souvent cette technique pour les cousettes avec des arrondis car je trouve que l'ourlet est plus simple à réaliser et surtout plus propre. On a moins le sentiment de roulottement. Après, il ne faut pas que le biais soit trop lourd, sinon le tissu risque de gondoler et de moins bien tomber.
  4. Pour terminer, on s'occupe de la ceinture. Ici, il s'agit d'une simple bande, thermocollée, que l'on plie en deux.
  5. Pour maintenir la jupe, les explications prévoient la pose de boutons pressions. De mon côté, j'ai choisi de coudre de simples boutons. J'ai donc réalisé deux boutonnières sur la partie intérieure de la ceinture pour éviter qu'elles ne soient visibles à l'extérieur.
Vu l'ensemble des plis et du volume créé, je voulais que cette jupe soit la plus simple possible. J'ai donc évité un tissu à motifs et choisi un crêpe bleu marine assez lourd. Il s'agit du même crêpe que celui que j'avais utilisé pour ma blouse Marshmallow et qui venait de l'Atelier de la Création. Il est vraiment parfait pour réaliser de jolies jupes car il est lourd mais apporte tout de même de la fluidité. On a donc une jupe avec un joli tombé et de beaux mouvements. Je suis fan de ma jupe Gaëlle, qui je sens qu'elle va m'accompagner tout l'été !! cousettecherie-jupe-gaelle-la-maison-victor-3 cousettecherie-jupe-gaelle-la-maison-victor-3 cousettecherie-jupe-gaelle-la-maison-victor-3 J'aimerais coudre d'autres jupes pour cet été, alors je suis à votre écoute si vous avez des idées d'autres patrons similaires ^^ Je vous souhaite une belle semaine ! signature-cousette-cherie
Je pense que vous avez du vous en rendre compte mais coudre les pantalons ce n'est vraiment pas mon truc. À chaque fois, quelque chose ne passe pas (cuisse, mollet...). Du coup, j'appréhende toujours de commencer à en coudre un, de peur de perdre mon temps et du tissu pour un projet que je ne pourrais pas porter. Mais en même temps, s'il y a bien une chose que je n'aime pas s'est m'avouer vaincue ^^  cousettecherie-pantalon-septembre-charlotte-auzou1 cousettecherie-pantalon-septembre-charlotte-auzou1 cousettecherie-pantalon-septembre-charlotte-auzou1

Cette fois, je me suis lancée à la découverte du dernier livre de Charlotte Auzou, "Je couds ma garde robe". Julie m'avait éblouie avec sa version de la robe pour les fêtes de fin d'année. J'ai donc eu envie de feuilleter cette merveille de livre qui vous propose de coudre votre garde robe sur une année avec des pièces adaptées et adaptables à chaque saison. Comme à chaque fois, on prend plaisir à ouvrir ce livre et à découvrir chaque modèles. On a envie de tous les coudre mais malheureusement le temps' nous manque... De mon côté, je me suis plus particulièrement penchée sur le cas du pantalon septembre qui m'est apparu comme le patron parfait pour le basique pantalon droit d'une garde robe. 

Depuis quelques temps, j'avais ce serge bleu marine de la boutique Atelier de Dina dans mon stock de tissu. Je savais que je voulais l'utiliser pour un pantalon mais je n'arrivais pas à trouver le patron parfait. Le tissu ne contient pas d'élasthanne ou très peu, du coup j'ai cousu mon pantalon une taille au dessus. En fait, non... je l'ai cousu deux tailles au dessus... Et oui selon le tableau des tailles mes merveilleuses hanches ne passaient que dans un 40, au lieu de mon 38 habituel. Mais vu mon tissu, je ne pouvais pas échapper au 42. Bon ok, ça fout un sacré coup au moral (surtout que j'essaie désespérément de me remettre à la course ^^) mais il vaut mieux ça qu'un pantalon qui taille mal. 

Ce qui m'a convaincu dans le septembre, c'est sa réalisation qui paraissait simple notamment avec les explications et photos ultras claires données par Charlotte. Du coup, pas de possibilité de se planter. La partie délicate est réellement la braguette, et oui chères couturières cela reste un pantalon ^^ Après cette étapes délicates, le reste est assez simple à réaliser. La seule différence par rapport aux autres pantalons que j'ai pu faire, c'est le montage de la fourche. Au lieu d'insérer une jambe dans l'autre, on vient coudre le dos puis entre les jambes. Simple avec le même résultat ^^

Au final, je suis assez satisfaite de ma première version même si j'ai du faire quelques ajustements. Comme je vous le disais, j'ai coupé le pantalon en 42. Du coup, il était un peu trop large à la taille et au niveau des cuisses. J'ai donc repris à la taille, sur les côtés et entre les jambes. Malheureusement, je n'ai pas pu tout rattraper, ce qui donne un côté "carotte" à mon pantalon. Et oui, car du côté des mollets, et bien... cela passe tout juste ^^ Du coup, pour ma prochaine version il faudra que je coupe un 40 mais en prévoyant d'élargir les bas de jambes.

cousettecherie-pantalon-septembre-charlotte-auzou1 cousettecherie-pantalon-septembre-charlotte-auzou1 cousettecherie-pantalon-septembre-charlotte-auzou1 Même s'il n'est pas parfait, je vais enfin pouvoir porter un pantalon cousu par moi ^^ signature-cousette-cherie
Comme vous le savez, je préfère coudre et porter des robes que des jupes car bizarrement, il m'est difficile de les associer contrairement aux premières qui règlent facilement le problème. Mais parfois, il m'arrive en voyant un tissu de tout de suite l'imaginer dans un patron très précis. jupe-andrea-cousettecherie jupe-andrea-cousettecherie jupe-andrea-cousettecherie Ce fut le cas pour ce jacquard bleu marine déniché dans une boutique à Catane lors de mes vacances en Sicile. Malheureusement, il ne restait qu'un seul petit mètre dans le rouleau, juste assez pour une petite jupe. Mais ce tissu, je le voulais alors j'ai rapidement fait le point patron et la jupe Andréa de République du Chiffon m'a rapidement semblé comme une évidence. J'avais beaucoup aimé la version de Julie, alors j'étais ravie d'enfin avoir la mienne dans ma garde-robe. Bon comme tout jacquard il s’effiloche alors vive le point surjet de ma machine à coudre ^^ Pour la réalisation, la principale difficulté réside dans les fausses poches paysannes. Mais comme à son habitude, Géraldine accompagne ses patrons, d'explications très claires qui permettent de réaliser sans encombre le défi couture qu'elle nous propose. C'est toujours pour moi un plaisir de réaliser un de ses modèles car à chaque fois je découvre une nouvelle technique ou peaufine celles que je connais déjà. On commence donc par réaliser les pinces dos et devant et d'assembler la ceinture. Ensuite on s'attaque aux poches, je vous conseille de prendre votre temps pour arriver à obtenir des poches régulières et symétriques. L'étape du repassage me parait essentielle à chaque étapes car elle permet de bien vérifier si les coutures sont droites et identiques. On peut ainsi rectifier très rapidement une petite erreur. Une fois les poches terminées, la jupe est très simple à réaliser. Il faut simplement monter la ceinture et la fermeture éclair et le tour est joué ^^ jupe-andrea-cousettecherie jupe-andrea-cousettecherie jupe-andrea-cousettecherie jupe-andrea-cousettecherie Et vous qu'elle sera votre petite jupe de l'automne ? signature-cousette-cherie