Rien qu’à prononcer ce nom, je me retrouve deux ans en arrière pour nos vacances en Sicile. J’avais adoré la ville de Syracuse, un rien ne m’aurait fallu pour y rester tellement la ville est jolie, l’ambiance si douce.

Ce top d’Anne Kerdilès Couture ne pouvait que me plaire, juste par le fait qu’il me fait voyager en un rien de temps. Il a été le premier à passer sous mon pied presseur après ma longue pause couture. Et quoi de mieux que le joli renoncule nude de chez Églantine et Zoé pour le sublimer ^^ ?

 

cousette-cherie-top-syracuse-1

 

LE CHOIX DU TISSU


 

Depuis le temps, vous savez que je suis une fan inconditionnelle des tissus Églantine et Zoé. J’ai la chance de pouvoir découvrir ses nouvelles collections en avant-première et à chaque fois c’est un vrai régal. Mon avis est purement objectif, j’achète aussi régulièrement chez Zoé, de mon plein-gré car j’adore ses tissus et sa philosophie couturesque.

Les tissus, notamment viscose et crêpe (ceux que j’ai le plus cousu de la marque), sont d’une superbe qualité. Ils sont très agréables à coudre et surtout à porter. Le seul reproche que j’aurai à faire, c’est qu’ils froissent un peu vite à mon goût. Et moi, je suis une pro pour me mettre là où il ne faut pas et dans une position qui va forcément créer des plis…

La viscose renoncule nude est issue de la collection printemps 2018 (oui oui je suis un peu à la traine… mais il reste parfait pour l’été !). Le motif est poétique et délicat comme je les aime. Sa couleur nude met délicatement en avant les renoncules rose pour un très joli rendu. A vous la petite blouse, le petit chemiser chic pour les journées d’été.

Elle existe également en jaune, pour plus de pep’s. Elle a d’ailleurs aussi inspirer Anne Kerdilès Couture, qui nous a dévoilé une version jaune de Syracuse ^^

Si vous le souhaitez, une nouvelle version est apparue avec la collection été 2018, avec un fond parsemé de taches colorées et de petits points clairs. J’ai bien failli craquer mais je me suis dit que j’allais rester sage, surtout que d’autres motifs de la collection été m’ont fait succomber ^^

Les + :

  • La qualité du tissu
  • Les motifs originaux
  • Les couleurs lumineuses

Les – :

  • Se froissent rapidement

 

cousette-cherie-top-syracuse-1

cousette-cherie-top-syracuse-1

 

LE PATRON SYRACUSE


Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas cousu du Anne Kerdilès Couture. Ne me demandez pas pourquoi, surtout que la dernière collection était vraiment sympa. Je crois qu’il devient de plus en plus difficile de trouver le temps de coudre tous les patrons qui me font envies.

Syracuse est la petite blouse parfaite pour l’été car elle est toute légère à porter. Ce que j’aime avec ce patron c’est que plusieurs variantes sont possibles : avec ou sans mancherons, avec ou sans boutonnage dans le dos, un col V ou rond. Il y a de quoi se faire plaisir niveau couture je trouve et mine de rien cela rentabilise beaucoup un patron surtout quand on l’achète en pochette.

 

Le matériel nécessaire :

  • 1m10 de tissu en 1m40 de laize
  • 7 boutons de 10-12mm de diamètre
  • Du thermocollant
  • 1m de biais

Les techniques utilisées :

  • Pose du biais d’enmenchure
  • Réalisation de la patte de boutonnage et des boutonnières
  • L’ourlet roulotté des mancherons

 

En ce qui me concerne, j’ai choisi une encolure ronde avec le boutonnage dans le dos (oui je suis toujours sur ma lancée des boutons ^^) et des petits mancherons pour le côté légèreté. Niveau taille, j’ai coupé un 38 comme l’indiquait le tableau de mensuration. Sauf qu’en ce moment, je ne sais pas trop ce qu’il se passe mais mes cousettes sont à chaque fois trop grand. Pourtant, je suis le tableau des tailles et tiens compte de la forme de base (si c’est ample je coupe une taille en dessous). Du coup, j’ai du reprendre ma blouse Syracuse sur les côtés de 2-3 bons centimètres…

J’ai une théorie, soit je m’y prends mal, soit je me vois trop grosse… Je préfère la dernière, c’est plus flatteur ^^

Concernant l’accessibilité du patron, je dirais que cela dépendra de la version que vous choisissez. Si vous prenez les mêmes options que moi, il faudra avoir des connaissances de couture pour avancer comme il se doit. Si vous choisissez un devant et un dos simple, les débutantes peuvent facilement se lancer. L’avantage est que Syracuse peut permettre de progresser et d’améliorer sa technique tout en ayant au final une blouse vraiment sympa !

 

En résumé :

  • Un patron simple à coudre selon les options
  • Un patron qui permet de progresser
  • Un top qui s’intègre facilement dans une garde-robe
  • Un tissu qui s’adapte parfaitement grâce à sa fluidité

 

Plus que quelques jours avant une semaine de vacances. Nous partons dans le massif central, alors n’hésitez pas à me communiquer vos bonnes adresses et les visites que vous nous conseillez ^^

 

Très belle fin de semaine à tous !

signature-cousette-cherie

cousette-cherie-top-syracuse-1

cousette-cherie-top-syracuse-1

cousette-cherie-top-syracuse-1

 

A VOUS DE JOUER


 

 

 

Cette semaine, je vais vous parler d’un projet que j’avais en tête depuis quelques semaines maintenant. Une version sweat du gilet Bergen d’Anne Kerdilès Couture pour une cousette féminine, accentuée par le rose de mon sweat des Coupons de Saint Pierre.

 

cousette-cherie-sweat-bergen-3

 

LE CHOIX DU TISSU


 

Il existe aujourd’hui une multitude de boutiques qui proposent des tissus molletonnés pour réaliser des sweats, la it-pièce depuis plusieurs saisons. Le mien, je le voulais épais et chaud pour affronter l’hiver, tout en étant girly pour lui apporter un côté fun et féminin.

Ce tissu, je l’ai trouvé chez Les Coupons de Saint Pierre qui propose une sélection de tissu sweat doublé minkee pour un côté tout doux. Il se décline en plusieurs couleurs : gris, bleu poudré, vert, bleu roi, rose fushia….

Le mien est rose poudré mais pas totalement je trouve. Le côté rose est assez présent et j’avais un peu peur de ne pas l’assumer. Au final, je suis ravie car il apporte la touche girly que je recherchais. Mais le plus important dans tout cela, c’est qu’il est vraiment chaud et à ce côté doudou que j’adore. Il ne va pas me quitter de l’hiver !

Au niveau couture, c’est un véritable plaisir. Il ne glisse pas, marque bien les plis, bref on obtient un sweat vraiment rapidemment.

 

LE PATRON BERGEN


 

Le cardigan Bergen d’Anne Kerdilès Couture avait été un coup de coeur du printemps dernier et dont ma réalisation (que vous pouvez retrouver ici) ne m’a pas quitté lors des petits frimas.

Il s’agit initialement d’un gilet aux manches raglan, avec des petits plis au niveau des épaules pour une jolie encolure mais aussi sur le bas pour un joli volume. De mon côté, l’idée d’une version sweat de ce modèle est rapidement apparue mais j’attendais des températures plus fraiches pour me lancer. Pour moi, les détails de Bergen allaient apporter la touche féminine qui peut manquer à cette pièce sportwear. Par contre, le combo manches raglans et plis apportent du volume et créer une carrure. Du coup, si vous avez tendance à avoir les épaules larges, mieux vaut éviter le modèle.

Ma version a été réalisée en taille 38 et j’ai rallongé les manches de 3 cm et le buste de 4cm.

 

Le matériel nécessaire pour un sweat :

  • 1m60 de tissu pour 1m40 de laize
  • Du thermocollant pour la parementure

Les techniques utilisées  :

  • Les manches raglans
  • Les plis
  • La couture d’un tissu extensible

 

Que soit en version gilet ou sweat, je pense que Bergen est accessible même si le cardigan demande un peu plus de connaissances en couture. Le sweat est vraiment simple à coudre car elle ne demande pas de grandes techniques de couture et permet aux débutantes d’obtenir une jolie pièce rapidement.

Je vous rappelle quelques bases pour coudre un tissu extensible. Si vous avez une surjeteuse, il vous est possible de coudre et surjeter en même temps. Si vous avez une machine à coudre, vous pouvez utiliser le point spécial pour tissus extensibles et qui fait des zigzags comme des petits éclairs. En ce qui me concerne, je couds au point extensible avec ma machine puis je surjette, cela me donne l’impression que la couture est plus solide.

 

Comment obtenir un sweat ?

 

La version sweat vient simplifier le patron Bergen car elle vient retirer certains éléments comme les empiècements du bas, la pose des boutons pression. Il s’agit de venir refermer la pièce de devant et de remplacer les empiècements du bas par une simple bande.

Les modifications sur le patron papier :

  1. Prendre votre pièce de parementure devant. Il faut retirer la bande de parementure qui devait permettre de créer la boutonnière. Pour cela, vous devez séparer la bande de la partie destinée au col. Prenez votre pièce et venez couper dans le sens de la longueur en veillant à conserver la même largeur de bande. Cela vous permet d’obtenir votre pièce de parementure pour l’encolure devant.
  2. Prendre votre pièce devant. Il faut retirer la largeur de la bande de parementure coupée à l’étape 1. Pour cela, venez placer votre bande sur le milien de votre pièce devant puis découpez.
  3. Toujours sur votre pièce devant. Le bas est légèrement arrondis, il faut donc venir égaliser et le rendre plus droit. Pour cela, découpez l’excédent puis vous rajouterez 3cm en plus de votre ourlet car la pièce devient plus courte que celle de dos.

Au moment de couper votre tissu, positionnez votre pièce devant et votre parementure d’encolure au pli du tissu pour obtenir qu’une seule pièce de chaque.

Ensuite, suivez les étapes comme pour le montage du cardigan pour les manches et l’assemble dos et devant.

 

J’espère que mon petit tuto vous aura plu et n’hésitez pas à me poser toutes les questions pour vous aider ^^

 

Très belle fin de semaine à toutes !

signature-cousette-cherie

cousette-cherie-sweat-bergen-3

cousette-cherie-sweat-bergen-3

cousette-cherie-sweat-bergen-3

cousette-cherie-sweat-bergen-3

cousette-cherie-sweat-bergen-3

cousette-cherie-sweat-bergen-3

cousette-cherie-sweat-bergen-3

 

A VOUS DE JOUER


 

 

 

Cette semaine, je continue sur ma lancée des robes mais cette fois c’est une version plus adaptée au soleil et à l’été que je vous dévoile. Voici donc, ma version de la robe Belle-île d’Anne Kerdilès Couture dans un tissu japonais à petits pois noirs, esprit chambray, de DIY District.

 

cousette-cherie-robe-belle-ile-4

 

LE CHOIX DU TISSU


 

La blogosphère est souvent à l’origine de belles rencontres et celle avec Diep, de la boutique DIY District en fait partie. C’est un véritable plaisir que de partager avec elle sa passion pour les tissus en général et plus particulièrement les tissus japonais qui font la spécificité de sa boutique. A chaque saison, une superbe sélection de tissus japonais vous est proposée, allant du traditionnel au plus moderne pour s’adapter à notre style de vie et nos tendances mode.

J’avais déjà eu l’occasion de vous parler des tissus DIY District notamment en ce qui concerne la dentelle. Lorsque j’ai envie d’une jolie dentelle, dans un coloris autre que noir ou blanc, c’est ici que je trouve mon bonheur. J’aurai d’ailleurs l’occasion de vous en reparler avec une création à venir dans les prochaines semaines.

Pour ma réalisation du jour, j’ai jeté mon dévolu sur ce chambray bleu à petits pois noirs, ma matière favorite pour l’été. La particularité du chambray réside dans son tissage, avec une chaine coloré et une trame en blanc. C’est ce qui donne un tissu uni mais sans avoir une couleur uniforme. La toile est légère, ce qui fait qu’elle est parfaite pour l’été car très agréable à porter avec sa légèreté.

Celui-ci ne déroge pas à cette règle. Il est légèrement plus raide qu’un chambray habituel mais ne tient pas du tout chaud. Il permet donc d’obtenir des créations estivales nécessitant de la tenue sans pour autant faire « sauna » ^^ Il est super facile à coudre car il ne glisse pas et ne s’effiloche pas.

En ce qui me concerne, j’ai craqué pour la version à pois mais deux autres versions trop mignonnes sont aussi disponibles avec des petites ancres. Je dois vous avouer que j’ai eu du mal à faire mon choix parmi toutes ces possibilités que j’affectionne ^^ Une robe Belle-île avec des petites ancres cela aurait été aussi dans le thème vous ne trouvez pas ?

 

 

LA PATRON BELLE-ILE


 

Cela faisait longtemps que je n’avais pas réalisé une création d’Anne Kerdilès Couture et pourtant elle fait partie de mes marques chouchou depuis mes débuts avec le blog. J’ai donc pris beaucoup de plaisir à coudre ma robe Belle-île et à retrouver les choses qui me plaisent tant avec les patrons d’Anne. Des coupes féminines avec de jolis détails, un livret d’explications toujours aussi clair et son univers ultra frais que j’adore.

La robe Belle-île est issu de la collaboration d’Anne Kerdilès Couture avec la boutique 36 Bobines qui depuis plusieurs saisons nous proposent des box coutures avec un patron inédit et toutes les fournitures nécessaires à sa réalisation (la box n’est plus disponible aujourd’hui mais vous pouvez facilement retrouver chaque éléments sur leurs sites internet respectifs).

La robe est parfaite pour l’été avec son côté sans manches. Elle est pleine de détails qui la rende douce et féminine : sa taille froncée, ses poches italiennes, ses empiècements épaules arrondis sur le devant et le dos, sa boutonnière.

 

Le matériel nécessaire

  • 2m de tissu pour une laize d’1m10
  • 5 petits boutons
  • 1 zip invisible de 40 cm
  • De l’entoilage thermocollant

Les techniques utilisées

  • La patte de boutonnage et les boutonnières
  • Le zip invisible
  • Les fronces
  • Les pinces poitrines

 

Avec tous ces détails et techniques, je pense que la robe est destinée à une couturière confirmée. La partie délicate étant vraiment la pose de l’empiècement dos et devant. Je dois vous avouer que j’ai du m’y reprendre à plusieurs reprises pour avoir un arrondi correct. L’erreur que je pense avoir commis est d’avoir thermocollé les empiècements dos et devant dans leur totalité. J’aurai du m’arrêter à la partie patte de boutonnage, ainsi le tissu aurait été plus simple à manipuler au niveau des arrondis. Par contre, je n’ai pas du tout thermocollé les empiècements intérieurs.

Vous pouvez retrouver des tutoriels pour certaines étapes sur www.36bobines.wordpress.com.

J’ai ainsi cousu ma robe :

  • En taille 38
  • En posant un biais au niveau des emmanchures
  • En allongeant la jupe de 5 cm pour correspondre à ma stature (je n’ai pas touché à la hauteur du buste)
  • En enlevant le zip invisible. Avec cette taille, je dispose de suffisamment de largeur pour enfiler ma robe sans zip. Cependant, pour une version plus ajustée, il est indispensable.

Au final, je suis très satisfaite de ma robe. Elle est parfaitement dans l’esprit que je voulais, ni trop près du corps, ni trop ample pour être confortable à porter lors de grosses chaleurs sans pour autant faire « sac ». J’aime beaucoup son côté décontracté avec ses poches italiennes mais de retrouver un côté féminin grâce à son buste travaillé. La seule chose qui peut me gêner, c’est l’encolure très proche du cou alors que je les préfère plus basse pour ne pas me sentir étouffer. A voir si la sensation persiste et si une adaptation est possible.

 

Et voilà ma version de la robe Belle-île, j’espère que celle-ci vous aura plu et n’hésitez à me demander plus de précisions si besoin ^^

 

A très vite !!!

signature-cousette-cherie

 

A VOUS DE JOUER


 

Enregistrer

Enregistrer

J’adore découvrir de nouvelles marques de patrons avec de nouveaux univers. Mais la couture c’est comme pour l’amour, c’est bien de rester fidèle à ces créateurs chouchou. C’est le cas pour moi avec Anne Kerdilès Couture. Depuis ces débuts, j’ai toujours pris plaisir à découvrir ses nouvelles créations et à les coudre. Il faut dire qu’elle sont toujours en adéquation avec mon style. Le petit dernier, le cardigan Bergen ne déroge pas à la règle. Cette fois Anne nous fait voyager dans les pays du nord, en Norvège, une partie du monde que je n’ai pas encore eu la chance de découvrir mais qui m’attire de plus en plus. Oui oui, Julie commence à me convaincre en me faisant envie à chacune de ses escapades. 

gilet-bergen-cousettecherie

gilet-bergen-cousettecherie

gilet-bergen-cousettecherie

Bergen, c’est le gilet parfait qui s’intègre à la perfection dans une garde robe. Son plus, simple mais différent du gilet classique grâce à ses plis d’épaules, et en bas de gilet. Une pièce passe-partout mais qui ne passe pas inaperçue. Déclinable en veste avec un tissu plus rigide, toutes les envies sont possibles. Mon gilet/veste de référence reste pour moi le Courcelles que j’ai réalisé à plusieurs reprise, le gilet Adèle de Super Bison est venu apporter une touche de nouveauté et Bergen vient parfaitement se mêler à ce duo. 

Pour ma part, j’ai eu une folle envie de faire venir le printemps avec un jacquard jersey bio de chez Fil Etik. En le voyant sur le stand d’Aurélie au salon l’Aiguille en Fête, je savais que j’allais repartir avec, ni une ni deux mon premier choix de tissu pour Bergen était laissé de côté. 

Dans les tons bleus clairs, il sera parfait pour les premières journées du printemps. A la base, je voulais poser des boutons pressions en nacre mais une fois acheté, pas moyen de les poser. Je les avais acheté chez Mondial Tissu car ils ne nécessitaient pas de pince. Mais je pense que mon tissu devait être trop épais et trop stretch ce qu’il fait qu’ils ne tenaient pas… Dommage…

Pour la réalisation, j’ai cousu un 38 car je voulais avoir de l’aisance, ce qui est le cas. Ma prochaine version sera plus ajustée je pense pour me la jouer plus chic ou en veste.

La partie délicate est la réalisation des plis où il faut prendre son temps pour être sûre qu’ils soient symétriques. Ensuite la réalisation est vraiment très simple, toute couturière peut y arriver. Pour de jolies finitions intérieures, j’ai choisi de ganser toutes mes coutures avec un biais Vichy bleu.

gilet-bergen-cousettecherie

gilet-bergen-cousettecherie

gilet-bergen-cousettecherie

Encore merci à Anne pour son si joli patron qui me envie d’être déjà au printemps ^^

signature-cousette-cherie